19 septembre 2007 08:09; Act: 19.09.2007 08:31 Print

Opéré à la tête, il change d'accent

L'histoire est arrivée à un petit garçon anglais de neuf ans.

Une faute?

William McCartney-Moore a été atteint d'une grave forme de méningite virale. Il a dû être opéré au cerveau à l'hôpital de York, la ville où il habite, dans le Nord de l'Angleterre, rapporte le site corriere.it.

Mauvaise surprise au réveil: William semblait avoir tout oublié. Il ne savait plus lire ni écrire, ne se souvenait quasi plus de rien de sa courte existence et ne savait plus jouer du piano, qu'il avait étudié avec tant de passion. Les médecins étaient peu optimistes.

L'enfant les a toutefois surpris, récupérant toutes ses facultés en l'espace de quelques semaines. Et héritant de quelque chose en plus. Sa mère a été la première à s'apercevoir que William avait changé d'accent. Il avait perdu la typique intonation du Yorkshire, truffée de mots courts qui rendent fous les professeurs d'anglais, et acquis à sa place une prononciation huppée, élégante, celle des sujets de Sa Majesté ayant fréquenté les universités les plus exclusives du Royaume.

La maman a ramené son fils à l'hôpital et les médecins eux-mêmes ont immédiatement noté la transformation, les voyelles prononcées de façon sensiblement plus longue, les «a» fermés et courts devenus des «aaa».

«Tout a commencé sur la plage», a expliqué la mère. «C'était le mois de mai et nous avions mené William au bord de la mer, pensant que l'air lui ferait du bien. A un certain moment il nous a appelés, tout fier, pour nous dire qu'il avait construit un très beau châââteau de saaable. Cela nous a fait un peu rire, et je dois dire que la bonne humeur que cela nous procure lorsqu'il prononce ainsi l'a aidé à dédramatiser la maladie.»

Le cas est bien connu dans la littérature médicale. Il s'appelle FAS: «foreign accent syndrome» (syndrome de l'accent étranger) et fait suite à un traumatisme cérébral. La personne atteinte de ce syndrome change de manière de parler. Dans la majorité des épisodes catalogués, les muscles des lèvres, de la langue et des cordes vocales perdent leur coordination et la nouvelle combinaison de mouvements et d'oscillations provoque chez l'individu un changement d'intonation et de diction.

Un des cas les plus célèbres s'est produit durant la Deuxième Guerre mondiale, lorsqu'une femme norvégienne blessée à la tête par une bombe a développé un accent allemand.

(mam)