États-Unis

11 juillet 2019 21:32; Act: 12.07.2019 07:50 Print

Un fourgon blindé sème son magot, et c'est la ruée

Une portière arrière d'un convoyeur de fonds s'est accidentellement ouverte en pleine autoroute, mardi. La somme de 175'000 dollars s'est envolée, pour le plus grand bonheur des automobilistes.

Sur ce sujet
Une faute?

Mardi était jour de paye pour les automobilistes qui circulaient sur l'Interstate 285, une autoroute de contournement d'Atlanta (Géorgie). Ce jour-là, peu avant le coucher de soleil, un fourgon blindé a accidentellement semé 175'000 dollars sur la route après l'ouverture accidentelle d'une de ses portières arrières. L'occasion était trop belle pour les personnes qui passaient par là: ils ont été nombreux à s'arrêter sur le bas-côté pour aller ramasser un maximum de billets emportés par le vent.

«J'ai vu un nuage rempli de ce qui ressemblait à des feuilles. Mais non, c'était de l'argent. Je n'en croyais pas mes yeux. Je ne vais pas mentir, la première chose que j'ai faite, c'est de m'arrêter et de commencer à ramasser de l'argent. Tout le monde a fait pareil, c'était fou», raconte Randrell Lewis, chauffeur pour Uber Eats. En quelques minutes, dans la cohue générale, l'Américain est parvenu à récolter 2094 dollars. Mais dans un éclair de civisme, il a tout rendu aux autorités le lendemain. «Je voulais être sûr de ne pas m'attirer des ennuis», explique-t-il.

«Pas de mal, pas de faute. Mais il faut rendre l'argent»

De son côté, la police de Dunwoody a prié les automobilistes concernés de bien vouloir rendre l'argent, rapporte «The Independent». «Nous comprenons bien sûr la tentation, mais cela reste du vol», peut-on lire sur Facebook. Les chauffeurs du fourgon blindé, qui ont fini par s'arrêter en voyant les gesticulations d'autres conducteurs, ont été entendus par les autorités. Sur les 175'000 dollars égarés, seuls 200 ont été retrouvés sur la route et ses alentours. Le reste a disparu, ou a fini dans les poches des automobilistes.

En s'aidant de vidéos publiées sur les réseaux sociaux, la police essaie d'identifier les personnes qui se sont servies grâce à la plaque d'immatriculation de leur véhicule. Les gens concernés ne risquent cependant aucune poursuite: «Pas de mal, pas de faute. Mais il faut rendre l'argent», demande Robert Parsons, porte-parole de la police de Dunwoody.

(joc)