Royaume-Uni

07 janvier 2016 16:10; Act: 07.01.2016 16:10 Print

Un night-club joue avec les nerfs d'un fêtard volage

Photographié en train d'embrasser son ex, un jeune homme en couple a supplié la boîte de nuit de retirer le cliché compromettant de son site. Cela n'a pas été si simple.

storybild

L'échange de messages a follement amusé les internautes. (Photo: Facebook)

Une faute?

Un Britannique a été victime de sérieuses sueurs froides en fin d'année. Alors qu'il s'éclatait dans une boîte de nuit de Bolton, le jeune homme a été immortalisé par le photographe de l'établissement en train d'embrasser une fille qui n'était pas sa copine. C'est avec effroi que, le lendemain, le don Juan a découvert cette photo compromettante sur le site web du night-club, le Level. Mal pris, le jeune homme a contacté la boîte de nuit pour la supplier de bien vouloir retirer ce cliché qui risquait de lui attirer de sérieux ennuis, raconte 20minutes.fr.

«Je vais être honnête, j’étais un peu bourré la nuit dernière et vous avez pris cette photo de moi avec mon ex. Si ma copine la voit, elle va m’envoyer à l’hôpital. S’il vous plaît, s’il vous plaît, s’il vous plaît, pouvez-vous retirer la photo aussi vite que possible ?», a-t-il demandé au responsable du site, qu'il a contacté via Facebook. Manque de bol pour le fêtard, son interlocuteur s'est révélé être un sacré boute-en-train: «Dépose 10'000 livres en cash et un paquet de Haribo avant 18h au club, sinon j’en fais la photo de profil du club!», a-t-il répondu.

Le jeune homme, qui n'était pas vraiment d'humeur joueuse, a réitéré sa demande à coups de smileys dépités. «Haha je plaisante mec, il est supprimé, espèce de vilain garçon», a fini par répondre le responsable du site. Flairant un joli coup de pub, ce dernier s'est tout de même amusé à publier l'échange de messages sur Facebook, prenant soin de masquer l'identité du client volage. Opération réussie, puisque le post en question a récolté plus de 11'000 j'aime. L'histoire ne dit pas si le jeune homme a fini par se faire griller ou s'il s'en est sorti sans passer par la case hôpital.

(joc)