Etats-Unis

20 octobre 2019 00:53; Act: 21.10.2019 09:31 Print

La star démocrate «AOC» soutient Bernie Sanders

Alexandria Ocasio-Cortez (AOC), jeune star du Parti démocrate, a apporté son soutien samedi à la campagne du socialiste pour les primaires américaines

storybild

Alexandria Ocasio-Cortez et Bernie Sanders le 19 octobre 2019 à New York. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La jeune star démocrate du Congrès Alexandria Ocasio-Cortez a mis samedi son énergie et ses talents oratoires au service de Bernie Sanders, espérant donner un nouveau souffle au doyen des candidats démocrates à la présidentielle 2020 après sa crise cardiaque début octobre.

Bernie Sanders, 78 ans, et celle que tout le monde appelle «AOC», 30 ans et benjamine du Congrès, main dans la main, devant des milliers de supporters New-Yorkais: l'image était forte samedi, qui doit faire oublier les ennuis de santé du sénateur du Vermont, socialiste revendiqué, et relancer une campagne qui s'était fait rattraper par celle de la sénatrice Elizabeth Warren.

Pour son premier grand meeting depuis son hospitalisation en urgence le 1er octobre, intitulé «Bernie est de retour», le candidat qui promet une «révolution politique» pour en finir avec les inégalités de la société américaine voulait revenir en force.

Le soutien de la jeune élue new-yorkaise, devenue depuis son arrivée au Congrès en janvier l'une des plus influentes voix de l'aile gauche des démocrates, est tombé à point nommé.

«Je l'appelle tio Bernie» - soit «tonton Bernie» en espagnol - a lancé Alexandria Ocasio-Cortez, 30 ans, dont la mère estportoricaine, devant quelque 20'000 personnes rassemblées dans un parc des bords de l'East River, dans un quartier du Queens qui fait partie de la circonscription de la jeune femme.

«Grâce au travail de Bernie»

Elle qui avait travaillé comme bénévole pour la campagne malheureuse de «Bernie» en 2016 a énuméré les raisons pour lesquelles elle l'avait choisi lui plutôt qu'Elizabeth Warren, sénatrice du Massachusetts aux propositions proches de celles de Bernie Sanders, ou d'autres démocrates qui espèrent chasser Donald Trump de la Maison Blanche l'an prochain.

«Ce n'est qu'après avoir entendu un homme nommé Bernie Sanders que j'ai commencé à affirmer et reconnaître ma valeur en tant qu'être humain, méritant assurance santé, logement, éducation et salaire décent», a-t-elle déclaré sous les applaudissements et les cris de «AOC! AOC!».

Quand elle finissait ses études, très endettée, «Bernie Sanders était l'un des seuls à dire que personne ne devrait commencer sa vie professionnelle avec une dette écrasante», a-t-elle déclaré. Et «après neuf mois au Congrès», où elle a pu mesurer la puissance des forces anti-changement, «je l'apprécie encore plus».

Si «la course à l'investiture démocrate compte les meilleurs candidats jamais vus depuis une génération, c'est en grande partie grâce au travail de toute une vie de Bernie Sanders», a-t-elle encore affirmé.

«Elle a électrisé le pays»

Dans un discours vigoureux de plus d'une heure, Bernie Sanders lui a ensuite rendu un hommage appuyé, annonçant qu'elle allait dorénavant «sillonner le pays» à ses côtés. «Je fais de la politique depuis pas mal d'années, et c'est à peine croyable combien cette femme - la plus jeune femme jamais élue au Congrès - a déjà transformé la politique américaine (...) Elle s'est attaquée à Wall Street, elle a pris la tête du combat contre la gentrification (...) et elle a électrisé le pays en introduisant le concept de New Deal vert», a-t-il énuméré.

Cette nouvelle alliance suffira-elle à remettre Bernie Sanders dans le peloton de tête des candidats et à faire oublier ses ennuis de santé? Il ne s'est pas ménagé lors de ce meeting, haranguant la foule d'une voix forte pendant plus d'une heure. Et sera à nouveau la semaine prochaine en campagne dans l'Iowa (Midwest), un des premiers Etats-clé des primaires. «Je suis plus que prêt, plus prêt que jamais à poursuivre le combat épique qui nous attend», a-t-il assuré.

Le réalisateur Michael Moore, supporter de longue date de Bernie Sanders, a lui aussi assuré depuis la tribune que l'âge et la santé du sénateur étaient un faux problème. «Je suis content qu'il ait 78 ans, on pourra profiter de sa sagesse, de son expérience, de son amour pour le peuple américain (...) La seule crise cardiaque dont on devrait parler, c'est celle que Wall Street va avoir quand il sera élu!», a déclaré le réalisateur de «Roger and Me».

Romeo Lemba, 28 ans, ingénieur de Harlem venu soutenir Bernie Sanders samedi, a néanmoins reconnu que cette crise cardiaque l'avait fait réfléchir. «Au moins, je sais que la campagne Warren pourrait être une alternative, même si elle n'incarne pas toutes mes valeurs», a-t-il indiqué à l'AFP.

(nxp/afp)