Benallagate

25 juillet 2018 16:24; Act: 25.07.2018 18:40 Print

«Alexandre Benalla n'a jamais été mon amant»

Enfin sorti de son silence, plus d'une semaine après les premières révélations concernant les violences de son collaborateur, Emmanuel Macron a ironisé tout en assumant ses responsabilités.

Sur ce sujet
Une faute?

Le président français a tenté mardi une contre-attaque dans l'affaire Benalla en revendiquant sa «seule» responsabilité, mais sans réussir à éteindre le feu toujours plus nourri des critiques. «Le seul responsable de cette affaire c'est moi», a déclaré mardi soir le président, sortant ainsi du silence dans lequel il s'était muré depuis l'éclatement, la semaine dernière, du «Benallagate», du nom de son collaborateur Alexandre Benalla, inculpé pour avoir frappé des manifestants sans disposer d'aucun pouvoir de maintien de l'ordre.

«Il n'a jamais détenu le code nucléaire»

«S'ils veulent un responsable, il est devant vous, qu'ils viennent le chercher», a lancé, bravache, le chef de l'Etat, fustigeant «la République des fusibles» et la «trahison» de son ancien collaborateur, qui n'avait été dans un premier temps que suspendu deux semaines, avant que la révélation de ses gestes n'entraîne son licenciement et son inculpation.

A la fin de son discours, prononcé devant ses troupes à la Maison de l'Amérique Latine, Emmanuel Macron a ironisé en jouant de l'anaphore: «Alexandre Benalla n'a jamais détenu le code nucléaire. Alexandre Benalla n'a jamais occupé un 300 m2 à l’Alma. Alexandre Benalla n’a jamais eu un salaire de 10'000 euros. Alexandre Benalla n’a jamais été mon amant.» Cette dernière remarque faisait référence aux rumeurs qui couraient pendant la campagne présidentielle de 2017, prêtant une double vie l'ancien patron de Radio France, Mathieu Gallet. A l'époque, le candidat macron avait ironisé sur son homosexualité présumée et sa prétendue «double vie».

Emmanuel Macron a «commencé à desserrer le noeud coulant», commente pour l'AFP un spécialiste de la communication politique. «Il y a eu d'abord une phase de panique quand l'affaire a éclaté, d'où le silence» puis un retour de la parole présidentielle qui est «une reprise d'initiative», poursuit cette source qui demande l'anonymat.

La prise de parole du président, relayée par les ministres mercredi, a pourtant échoué à calmer l'opposition, qui reproche en particulier au président de ne pas s'être exprimé devant les Français dans leur ensemble mais lors d'une soirée ne réunissant que des membres de sa majorité, acquis à sa cause.

«Un matamore»

Les déclarations présidentielles ne sont qu'un «premier pas», titre ainsi le quotidien conservateur Le Figaro. Ses propos «de boxeurs» ne manquent «pas de cran», selon le journal, mais cela «ne l'exonère pas d'une déclaration plus solennelle devant le pays». «Devant un public de fidèles, sans contradiction possible, M. Macron choisit d'éviter la plupart des questions soulevées depuis le déclenchement de cette affaire, et elles restent très nombreuses», regrette Le Monde.

Le président LR du Sénat, Gérard Larcher, figure de l'opposition de droite, a ainsi appelé Emmanuel Macron à «s'exprimer devant les Français» et pas «dans l'entre-soi» des élus d'En Marche, le parti présidentiel. «Une chose est sûre: le mythe du nouveau monde s'est effondré», a-t-il estimé, en référence à la promesse de campagne de M. Macron d'instaurer une «République exemplaire» loin des erreurs du passé. «La République exemplaire n'évite pas les erreurs», a assuré M. Macron mardi soir.

En s'exprimant devant «ses» députés, M. Macron n'est «plus le président de la Nation», a jugé le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, ancien allié de l'extrême droite à l'élection présidentielle. M. Dupont-Aignan a en conséquence claqué la porte de la commission d'enquête à l'Assemblée nationale sur l'affaire Benalla, dénonçant une «mascarade».

Ugo Bernalicis, député de la France insoumise (gauche radicale), a ironisé sur les déclarations du président et en particulier sa phrase «qu'ils viennent me chercher», alors qu'il bénéficie d'une «totale impunité», en vertu de la Constitution française qui empêche toute action judiciaire contre un président en fonction.

(cga/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ealo le 25.07.2018 16:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Poudre aux yeux

    « Il n a pas les codes nucléaires » ... « il na jamais été mon amant » ... ... ... On détourne lattention du vrai problème avec un pseudo humour plein d arrogance auquel seuls ses vassaux sourient. Si ce n est pas se foutre de la gueule de ses électeurs, et de tous ses concitoyens surtout, je ne vois pas ce que ça pourrait être.

  • Astrid le 25.07.2018 17:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pluie et beau temps

    Mais ... Mais ... PAUVRE France !!! ils ne sarrêteront donc JAMAIS ! Gauche au pouvoir ? La droite la démoli !!! Droite au pouvoir ? La gauche la démolit !!! Et le peuple au milieu SUBIT .. courage à vous citoyens de France .. vous avez un patrimoine exceptionnel !!!

  • Robin Udry le 26.07.2018 00:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cahuzac non plus!

    rappelez-vous Cahuzac et ses affirmations lors qu'il jurait n'avoir jamais eu de compte à l'étranger.....

Les derniers commentaires

  • Loulette le 26.07.2018 12:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Étrange propos....

    Cest bien, il a conscience que ses manières font jaser! Cest déjà le deuxième protéger que Macron nous présente ! Est-ce de la nvelle com?8

  • zigouille le 26.07.2018 10:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    stop

    Après top modèles c'est le Super feuilleton de l'été ! Et dire que quasiment sur toutes les chaînes françaises cette saga occupe du personnel, des journalistes, et les politiciens de droite qui bavent et qui vont bientôt nous indiquer la taille de la culotte de Mr A Benalla ! prochain épisode tempête sur les écrans !

  • Eric le 26.07.2018 09:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Douce France

    Pauvre France , bonne chance les copains ... quelle usine à jaloux ils sont entrain de créer ....

  • abba le 26.07.2018 09:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Revois ta copie

    Ces justifications sont incoyablement malhabiles. D'abord se justitifier face à une attaque est une marque de faiblesse. Ne jamais se justifier, voilà la marque des forts. Et revenir sur les rumeurs en citant ne fait que les amplifier et leur donner du fondement. L'ironie dans un discours présidentiel est déplacé. D'habitude il communique bien mais là... On dirait une de ces réponses lamentables de réseaux sociaux.

  • Tex le 26.07.2018 08:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Surmédiatisation

    Nous sommes dirigés par qui??? Est-ce que Messieurs Mitterrand ou Chirac se seraient rabaissés à des explications foireuses et de bas étages comme celles-ci!!! Lair de la surmédiatisation nest vraiment pas terrible en terme dimages! Idem pour Trump et ses Tweets débiles...