Conflits en Corée

21 décembre 2010 07:45; Act: 21.12.2010 08:02 Print

«Des actions, pas des paroles»

A l'issue d'un visite en Corée du Nord, le gouverneur américain Richardson en appelle à plus de pragmatisme de la part des Nord-Coréens.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le monde attend "des actions, pas des paroles" de Pyongyang, a déclaré mardi à Pékin le gouverneur américain Bill Richardson à l'issue une visite en Corée du Nord, dont le régime a accepté un retour des inspecteurs de l'ONU sur son programme nucléaire.

"Je pense que les Coréens du Nord réalisent qu'ils ont agi trop négativement contre les négociations, qu'ils ont entrepris de très mauvaises actions et qu'ils veulent (maintenant) aller dans la bonne direction", a déclaré M. Richardson à des journalistes à l'aéroport de Pékin.

"Ils ont été d'accord avec les propositions que j'ai faites... maintenant il faut des actions, pas des paroles", a-t-il ajouté.

Pyongyang s'abstient de représailles

La Corée du Nord a accepté lundi le retour des inspecteurs nucléaires de l'ONU qu'elle avait chassés en avril 2009 et s'est abstenue de représailles après des exercices militaires à tirs réels de la Corée du Sud sur une île bombardée le mois dernier par Pyongyang.

Ces bombardements, les premiers contre une zone civile depuis la guerre de Corée (1950-53) avaient fait quatre morts, dont deux civils.

"Je félicite le gouvernement sud-coréen pour sa retenue et affirme son bon droit à poursuivre des manoeuvres militaires. Et je félicite le gouvernement nord-coréen pour ne pas avoir répondu. C'est la première fois qu'il y a eu un pas dans la bonne direction pour apaiser les tensions. Mais il faut que cela continue", a encore M. Richardson, ancien diplomate de haut rang.

"Utilisons cette opportunité, qu'ils n'aient pas répondu, qu'ils aient accepté les inspections de l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique), qu'il aient accepté de vendre du combustible pouvant être utilisé pour fabriquer des armes nucléaires et qu'ils soient prêts à le vendre à la Corée du Sud", a poursuivi le gouverneur du Nouveau-Mexique.

La Corée du Nord avait retiré tous les équipements de surveillance du site de Yongbyon en avril 2009 et demandé aux inspecteurs de quitter le pays, avant de procéder le mois suivant à un deuxième essai nucléaire.

Attitude «plus réaliste» des Nord-Coréens

M. Richardson a indiqué qu'il avait rencontré à Pyongyang les plus hauts responsables du ministère nord-coréen des Affaires étrangères, ainsi que des militaires et le vice-président du pays.

"J'ai remarqué une attitude pragmatique de leur part, plus réaliste. Ils ont peut-être compris qu'ils étaient en train de plonger dans un précipice et qu'il était temps de revenir et de reprendre les négociations", a encore dit M. Richardson.

Le gouverneur américain a passé cinq jours en Corée du Nord à l'invitation de Kim Kye-Gwan, négociateur en chef nord-coréen des pourparlers multipartites sur le programme nucléaire nord-coréen.

Il s'était rendu deux fois à Pyongyang dans les années 90 pour obtenir la libération d'Américains détenus, puis en 2007 pour le rapatriement de dépouilles de soldats américains tombés pendant la guerre de Corée.

(afp)