Saint-Valentin

14 février 2019 18:06; Act: 15.02.2019 07:24 Print

«Désolée, je suis musulmane»

La fête des amoureux ne fait pas forcément bon ménage avec la religion dans certains pays asiatiques.

Une faute?

En Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde, les autorités ont appelé les amoureux à ne pas céder à cette coutume soupçonnée d'être dépravante.

Une centaine de lycéens de Surabaya, la deuxième ville du pays, ont manifesté contre la tradition occidentale de la Saint-Valentin. «Dites non maintenant à la Saint-Valentin!», scandaient les élèves, dont plusieurs jeunes filles voilées. «Désolée pour la Saint-Valentin, je suis musulmane», affirmait une pancarte.

Quelques exceptions

«Nous voulons rappeler à notre jeune génération de ne pas se laisser attraper par la culture occidentale», a dit à l'AFP le responsable du lycée Arief Himawan.

A Surabaya, mais aussi à Makassar sur l'île des Célèbes, les autorités ont effectué des descentes pour prévenir toute célébration de la fête. La très conservatrice province d'Aceh --seul endroit en Indonésie où est appliquée la loi musulmane-- a renouvelé son interdiction de la Saint-Valentin en s'appuyant sur des préceptes religieux.

Toutefois, de nombreux Indonésiens pratiquant une forme modérée de l'islam ont célébré la Saint-Valentin en échangeant du chocolat et des fleurs avec leurs bien-aimés.

Enfants sous surveillance

En Inde, dans l'Etat du Gujarat (ouest) d'où est originaire le Premier ministre indien Narendra Modi --un nationaliste hindou--, plus de 10'000 écoliers âgés de six à 17 ans se sont engagés à l'occasion de la Saint-Valentin à ne pas se marier sans l'autorisation de leurs parents.

La majorité des mariages en Inde sont arrangés et les couples qui se marient à leur guise au mépris de la tradition, des castes ou de la religion prennent des risques, parfois pour leur vie.

Les élèves de 25 écoles et même certains de leurs enseignants ont pris cet engagement, afin d'«aimer et respecter leurs parents pour l'éternité».

Dans l'Etat méridional du Karnataka, les autorités ont enjoint les parents de bien s'assurer que leurs enfants ne célèbrent pas la Saint-Valentin en pratiquant l'école buissonnière pour aller faire du shopping ou se rendre au cinéma, a rapporté le quotidien The Times of India.

(afp)