Incendie tragique à Paris

05 février 2019 14:43; Act: 05.02.2019 16:22 Print

«Elle a allumé des feuilles de papier sous sa porte»

La femme interpellée dans le cadre de l'enquête sur l'incendie probablement criminel qui a fait dix morts dans la nuit de lundi à mardi, à Paris, présentait des «antécédents psychiatriques».

Sur ce sujet
Une faute?

«Une personne qui habite l'immeuble a été interpellée. Il s'agit d'une femme de 40 ans qui présentait des antécédents psychiatriques», a indiqué Rémy Heitz, le procureur de la République de Paris, lors d'un point presse, près de l'endroit où l'incendie a eu lieu.

«Cette femme a été interpellée dans la rue immédiatement après l'incendie. Elle se trouve en garde à vue», a-t-il précisé, ajoutant qu'une enquête avait été ouverte pour «incendie volontaire ayant entraîné la mort et des blessures» et confiée au premier district de police judiciaire de Paris.

La femme, âgée d'une quarantaine d'années, a été «arrêtée en état d'alcoolémie alors qu'elle tentait de mettre le feu à une voiture», a indiqué une source policière.

«Y'en a qui se lèvent tôt demain»

En conflit récurrent avec son voisin pompier, elle s'était disputée avec lui dans la soirée et la police s'était déplacée pour un trouble de voisinage, a indiqué une autre source policière.

Un jeune couple du troisième étage explique à l'AFP avoir entendu «une dispute» vers 23h: «Au début, un homme a crié "y'en a qui se lèvent tôt demain, y en a qui bossent tôt". Il disait qu'il y avait de la musique, même si nous on n'entendait pas», raconte Clément.

«Si tu bouges, t'es mort»

«Un peu après, poursuit-il, il y a eu un bruit d'assiette. Je suis allé regarder et il y avait une assiette avec des ustensiles par terre au milieu de la cour intérieure. Ensuite, j'ai entendu une dame dire quelque chose comme "bouge pas, t'es mort" ou "si tu bouges t'es mort". Elle criait très fort, une voix de quelqu'un de pas bien intentionné».

Sa compagne Nathalie ajoute qu'après la dispute «paraît-il, mais on l'a pas vu, elle a mis des feuilles de papier sous sa porte (NDLR: celle du voisin) et qu'elle les a allumées».

Au moins dix personnes sont mortes et une trentaine ont été blessées dont une grièvement dans cet incendie d'une «incroyable violence» selon les pompiers qui ont mis six heures à maîtriser le feu.

(20 minutes/afp)