Tuerie de Liège

14 décembre 2011 14:44; Act: 14.12.2011 15:23 Print

«Il a dégoupillé une grenade en me regardant»

Nordine Amrani, l’auteur du massacre de mardi en Belgique, était très calme au moment de sa tuerie, relate un témoin qui a frôlé la mort en se retrouvant face au tueur au moment des faits.

Le témoignage recueilli par RTL TVI.
Sur ce sujet
Une faute?

La chaîne belge de télévision RTL TVI a recueilli le témoignage d’un homme qui a vu l’auteur du massacre lancer des engins explosifs sur la foule. Nicolas Gimmene est l’un des nombreux témoin de la tuerie de Liège. Mardi, ce journaliste spécialisé dans les affaires judiciaires se trouvait sur les lieux du drame. Il aurait pu y rester et a eu beaucoup de chance, relève RTL TVI.

Nicolas Gimmene raconte avoir vu Nordine Amrani lancer ses grenades. Il explique l’avoir vu jeter un premier objet puis, le regardant dans les yeux, l'a vu dégoupiller une grenade face à lui. «Il a choisi de la lancer dans la foule et moi j’ai pris la poudre d’escampette!», témoigne-t-il.

Nicolas Gimmene précise que Nordine Amrani avait un comportement «tout à fait normal» lors de son attaque sur des innocents. «Il ne criait pas. Il était tout à fait maître de ses gestes. Des gestes précis qui me semblaient calculés. Il maîtrisait la situation. Il n’avait pas peur et voulait faire des dégâts».

Un arsenal découvert dans son domicile en 2007

La chaîne de télévision francophone a aussi établi la chronologie du massacre et a rediffusé, dans son JT de la mi-journée, un sujet consacré à la saisie d’un véritable arsenal au domicile du tueur en octobre 2007. Nordine Amrani avait été condamné en septembre 2008 par le tribunal correctionnel de Liège à 48 mois de prison pour détention de 2800 plants de cannabis et à 16 mois de prison pour détention d'armes (9500 pièces d'armes et une dizaine d'armes lourdes).

Par ailleurs, Jean-François Dister, l'avocat de Nordine Amrani, a indiqué mercredi que son client était «assez inquiet» à l'idée de retourner en prison alors qu'il était en liberté conditionnelle. Le juriste a expliqué qu'il l'avait eu au téléphone peu avant les faits. «Il était assez inquiet par rapport à la possibilité de retourner en prison, je crois que c'est ça qui le tracassait vraiment», a-t-il indiqué au micro de RTL-TVI.

Nordine Amrani a appelé son avocat à deux reprises, lundi puis mardi matin, à propos de la convocation qu'il avait reçue auprès de la police pour une affaire de moeurs, et qui aurait dû avoir lieu mardi en début d'après-midi, près d'une heure après la fusillade dans le centre de Liège.

Toutefois, si l'avocat indique avoir ressenti un certain stress chez son client, comme souvent quand il avait un souci avec la justice», il n'a pas du tout soupçonné qu'il aurait été capable d'en arriver là. «Encore maintenant, je ne comprends pas», a dit l'avocat.

La chronologie de la tuerie de Liège

(Vidéos: RTl TVI)

L'arsenal confisqué au tueur de Liège

(Vidéos: RTl TVI)

Vidéo peu après la tuerie de Liège
(Attention, la violence de ces images peut heurter certaines personnes)


(gco)