Affaire Maëlys

28 septembre 2018 14:06; Act: 28.09.2018 14:06 Print

«Il m'a défié de son regard noir de pervers»

La mère de la petite Maëlys a raconté sur sa page Facebook le face-à-face avec le bourreau de sa fille lors de la reconstitution du drame, organisée en milieu de semaine.

Sur ce sujet
Une faute?

Lors de la reconstitution de la mort de Maëlys, Nordahl L. et les parents de la fillette étaient réunis pour la première fois depuis le drame, survenu il y a un peu plus d'un an. Et leur face-à-face a été particulièrement difficile selon les déclarations de l'avocat des parents de la fillette dans le Dauphiné Libéré. Nordahl L. a «soutenu son regard, crânement, lorsqu'il est apparu devant elle (la mère de Maëlys) en début de reconstitution».

Jennifer Cleyet Marrel, qui a pris l'habitude de communiquer via sa page Facebook, a donné davantage de détails sur cette confrontation, dans son dernier post, adressé directement à sa fille. «Maelys mon poussin tu nous manques tellement, on se battra jusqu'au bout pour toi, jamais je ne me rabaisserai devant ce monstre sans âme et sans coeur. Il m'a défié de son regard noir de pervers en me fixant, je n'ai pas baissé les yeux, j'étais en mode guerrière mon poussin.»

La mère de la fillette évoque également l'«énième version», livrée par Nordahl L. à l'occasion de cette reconstitution. Plusieurs médias affirment que l'ancien maître-chien dit désormais avoir porté plusieurs coups à Maëlys. Sa première version des faits, dans laquelle il avait parlé d'une violente gifle, ne collait en effet pas avec les résultats des analyses des ossements de la fillette qui font état de plusieurs fractures au niveau du visage. «Il ne nous a pas convaincus et nous sommes toujours en attente de la vérité», a rappelé Jennifer Cleyet Marrel.

Nordahl L. a été mis en examen pour «enlèvement» et incarcéré le 3 septembre 2017 après la découverte d'une trace ADN de Maëlys dans son véhicule, puis pour «meurtre» fin novembre alors qu'une caméra a enregistré l'image de la fillette dans sa voiture puis sans la petite fille sur le chemin du retour, à l'heure de sa disparition.

(cga)