Meurtre de Khashoggi

24 novembre 2018 15:55; Act: 24.11.2018 16:22 Print

Hommage de ses filles: «Sa lumière ne pâlira jamais»

Les filles du journaliste assassiné au consulat saoudien à Istanbul ont rendu un vibrant hommage à leur père, vendredi.

storybild

«Jamal Khashoggi était un homme complexe, mais pour nous, ses filles, il était simplement papa », écrivent-elles, se remémorant ses nombreux voyages, dont il rapportait «des cadeaux et des histoires fascinantes». (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous promettons que sa lumière ne pâlira jamais»: dans un hommage poignant publié par le Washington Post, les filles du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, assassiné début octobre dans le consulat de son pays à Istanbul, s'engagent à maintenir vivant l'héritage de leur père.

Jamal Khashoggi, journaliste critique du prince héritier saoudien et exilé aux Etats-Unis, collaborait régulièrement avec le Washington Post. Son meurtre a provoqué une onde de choc mondiale et a considérablement terni l'image de l'Arabie saoudite. «Il ne s'agit pas d'un éloge funèbre, car cela confèrerait un sentiment de fin», écrivent Noha Khashoggi et Razan Jamal Khashoggi dans un texte publié en ligne par le quotidien vendredi soir. «C'est plutôt la promesse que sa lumière ne pâlira jamais, que son héritage sera préservé parmi nous.»

Après avoir dans un premier temps nié la disparition de Khashoggi, Ryad a fini par reconnaître sous la pression internationale qu'il avait été tué dans l'enceinte de sa représentation lors d'une opération «non autorisée». Une version contestée par la plupart des observateurs, qui estiment que le puissant prince héritier Mohammed ben Salmane ne pouvait pas ne pas être au courant.

«Sa lumière ne pâlira jamais»

«Jamal Khashoggi était un homme complexe, mais pour nous, ses filles, il était simplement papa », écrivent-elles, se remémorant ses nombreux voyages, dont il rapportait «des cadeaux et des histoires fascinantes».

«Nous savions depuis très jeunes (...) qu'il était un homme important dont les mots avaient un effet sur les gens à une grande distance», expliquent-elles. Pour lui, «écrire n'était pas seulement un métier; c'était une obsession. C'était ancré au coeur de son identité, et cela le gardait en vie.»

«Dorénavant, ses mots maintiennent son esprit avec nous, et nous sommes reconnaissantes de cela», affirment-elles.

Jamal Khashoggi «n'était pas un dissident», assurent encore Noha et Razan Jamal Khashoggi, et même s'il avait refait sa vie aux Etats-Unis, «il n'a jamais abandonné l'espoir pour son pays». «Si être un écrivain était enraciné dans son identité, être saoudien faisait partie de la même racine.»

(nxp/afp)