Irak/Turquie

11 septembre 2015 18:10; Act: 11.09.2015 23:51 Print

«Le père d'Aylan est un trafiquant»

Le papa du garçon, dont le corps a été retrouvé sans vie sur une plage turque il y a dix jours, est accusé de trafic d'êtres humains.

Voir le diaporama en grand »
01.09. Abdullah Kurdi a perdu son fils Aylan, 3 ans, sa femme Rehab, 35 ans, et son fils aîné Galip, 5 ans, noyés au large des côtes turques après le naufrage de leur embarcation surchargée de Syriens fuyant la guerre. Aujourd'hui, rien n'a changé, déplore-t-il. 23.06 Un célèbre graffiti géant, représentant le petit réfugié syrien de trois ans dont la mort avait ému le monde entier, a été détérioré à Francfort. L'oeuvre, réalisée en début d'année par les artistes Oguz Sen et Justus Becker sur un mur de 20 mètres de long sur 6 mètres de haut pour critiquer la politique migratoire européenne. «Les frontières sauvent des vies» et «Fuck l'Antifa», (l'Action antifascite), pouvait-on lire sur l'image du petit garçon échoué sur une plage. 10.12 Des procureurs turcs ont réclamé jeudi 35 ans de prison contre deux passeurs présumés. Ces derniers sont accusés d'être liés à la noyade d'Aylan, un petit Syrien dont l'image du corps échoué sur une plage turque a bouleversé le monde il y a trois mois. 04.10 Un mois après la photo bouleversante du petit Aylan, les corps en décomposition de deux jeunes garçons, probablement des membres d'une famille de migrants, ont été découverts dimanche sur le rivage de l'île grecque de Kos. (photo d'illustration) 11.09 Zainab Abbas, cette femme Irakienne qui a perdu deux enfants dans le drame qui a vu mourir le petit Aylan, accuse le père du garçon de trafic d'êtres humains. 09.09 Deux enfants qui ont trouvé la mort alors qu'ils se trouvaient sur la même embarcation que le petit Syrien, dont la photo a fait le tour du monde, ont été mis en terre mercredi en Irak. Les corps de Zainab, une fille de 12 ans, et Haidar, un garçon de 8 ans, ont été portés en terre dans la ville sainte chiite de Kerbala au sud de Bagdad. 07.09 Une trentaine de personnes se sont allongées lundi, le visage contre le sable de la plage de Rabat, pour rendre hommage à l'enfant syrien dont la photo est devenue le symbole du drame des migrants en Méditerranée. Vêtues d'un tee-shirt rouge comme le garçonnet, et pour certaines d'un bermuda bleu, elles ont imité la position dans laquelle le corps de l'enfant a été retrouvé par la police turque, échoué sur une plage, et sont restées figées ainsi pendant environ vingt minutes. 07.09 Ce jeune Berlinois de 26 ans a été interpellé, dans la nuit de vendredi à samedi chez lui, pour s'être réjoui de la mort du jeune Aylan sur Facebook. 04.09 Le petit Aylan Kurdi a été inhumé avec son frère aîné Galip et leur mère Rehan, en présence de son père. 04.09 Le petit Aylan Kurdi a été inhumé avec son frère aîné Galip et leur mère Rehan, en présence de son père. 04.09 Un long convoi a accompagné le père depuis le site balnéaire de Bodrum (sud-ouest) où a eu lieu le drame jusqu'à la frontière syrienne. Des soldats turcs ont pris position sur une route à la frontière syrienne au moment où le convoi de véhicules qui transportent Abdullah Kurdi et les corps de sa femme et ses deux enfants passe. Des soldats turcs ont pris position sur une route à la frontière syrienne au moment où le convoi de véhicules qui transportent Abdullah Kurdi et les corps de sa femme et ses deux enfants passe. La soeur du père d'Aylan. En pleurs, son père Abdullah Kurdi a assisté à l'enfouissement des corps au cours d'une «cérémonie des martyrs» à Kobané, une ville a forte majorité kurde à la frontière turque. Voici la maison à Kobane depuis laquelle Aylan et sa famille ont fui les combats. Margot Wallström, ministre des Affaires étrangères suédoise, a montré sa grande émotion à la vue de la photo d'un petit réfugié mort sur une plage turque. 03.09 Abdallah Kurdi, le père du petit garçon syrien retrouvé mort sur une plage, a raconté que ses enfants lui avaient glissé des mains quand l'embarcation a chaviré Aylan, 3 ans, son frère aîné Galip, 5 ans, sont montés à bord dune embarcation de fortune avec 16 autres personnes dans la nuit de mardi à mercredi. La ville dAkyalar, au sud-ouest de la Turquie, doù ils sont partis, nest séparée que par une vingtaine de kilomètres de lîle grecque de Kos, point de départ de leur nouvelle vie.

Sur ce sujet
Une faute?

Zainab Abbas, une Irakienne qui a perdu deux enfants dans le drame qui a vu mourir le petit Aylan il y a un peu plus d'une semaine, accuse le père du garçon de trafic d'êtres humains.

Elle a déclaré que sa famille avait voyagé jusqu'à Istanbul puis vers Bodrum, sur la côte turque, essayant pendant près de deux semaines de se rendre en Grèce. «Tout le monde parlait de cet itinéraire, donc on a décidé qu'on partirait, pour une vie meilleure», a-t-elle déclaré dans un premier temps.

Le capitaine du bateau

Par l'intermédiaire de sa nièce Lara Tahseen, qui habite à Sydney en Australie, Zainab Abbas accuse Abdullah Kurdi, le père d'Aylan, d'être le responsable de la mort de son fils. Elle explique également avoir payé 10'000 euros pour effectuer le voyage entre Bodrum et Kos.

«C'était un trafiquant d'êtres humains et il était le capitaine du bateau, affirme Lara Tahseen sur Skynews Australie, repris par le «Daily Mail», en se basant sur le récit de sa tante. Il naviguait comme un fou. Le bateau allait beaucoup trop vite et il a chaviré à cause d'une haute vague».

Indifférence

Abdullah Kurdi a quant à lui balayé ces accusations dans les colonnes du Wall Street Journal: «J'ai perdu ma famille, ma vie, j'ai tout perdu. Laissez-la dire ce qu'elle veut.»

Le corps du petit Aylan a été découvert la semaine dernière, gisant sur une plage turque, le visage contre le sable. La photo de cette scène a créé une onde de choc mondiale sur le sort des personnes fuyant leur pays en guerre.

Rappel des faits

Des passeurs ont fait monter la famille de Zainab Abbas et celle de Aylan à bord d'une petite embarcation. Mais quelques minutes après le départ, une vague a frappé le bateau qui a chaviré, jetant les passagers à la mer. Zainab Abbas a pu toucher la main de sa fille mais n'a pu la sauver. «J'ai crié le nom de mes enfants mais ils n'ont pas répondu». Madame Abbas, son époux et leur troisième enfant ont ensuite été secourus par un garde-côte turc.

Dans cet accident ont également péri Aylan, son frère de quatre ans et sa mère.

(20 minutes)