Intempéries en France

15 octobre 2018 13:21; Act: 15.10.2018 20:04 Print

«Le village, c'est un lac. C'est l'apocalypse»

De terribles intempéries ont ravagé l'Aude dans la nuit de dimanche à lundi. Des sinistrés racontent leur cauchemar.

Sur ce sujet
Une faute?

«Il y a des voitures et des frigos au milieu des jardins, l'eau est partout, c'est l'apocalypse». Habitant de Villegaihenc, village touché de plein fouet par les intempéries dans l'Aude, Stéphane décrit des scènes surréalistes. Il l'assure, jamais la commune n'a vécu un drame pareil. Le Français raconte à «Midi Libre» avoir été réveillé à 3h du matin par «une vague d'un mètre 20, un torrent de 20 mètres de large qui a tout emporté.» «On a essayé de calfeutrer les portes, mais certaines ont lâché. J'avais 70 cm d'eau dans la maison», témoigne le sinistré. D'après Stéphane, l'eau est montée de deux mètres dans le vieux village. «Des personnes âgées sont mortes noyées dans leur maison», ajoute-t-il.

Nicolas, qui habite aussi Villegaihenc, décrit les mêmes images terrifiantes: «Quand j'ai regardé par la fenêtre, il n'y avait plus rien, notre voiture avait disparu. Et là on a vu deux personnes, un couple, ils avaient pris leur voiture et ils étaient en perdition», explique-t-il. En ouvrant sa porte pour voler au secours des deux personnes en péril, Nicolas a vu «toute l'eau» entrer dans sa maison. «Il y avait au moins 80 cm d'eau et les gens ont eu du mal à s'extirper de leur voiture, c'était très violent», se souvient-il. Les habitants de Villegaihenc sont privés de téléphone, d'électricité, d'eau et, pour beaucoup, de meubles. «Le village, c'est un lac», résume Nicolas.

«C'était monstrueux»

A Villardonnel, les villageois se trouvent dans le même état de sidération. Sophie dit avoir eu «la peur de sa vie» vers 1h du matin. «Une sorte de rivière s'était formée à l'embranchement de la route départementale (...). Ma voiture, une petite Mini, a été submergée. C'était monstrueux», témoigne-t-elle. Difficilement contactée, la mairie du village dit avoir les pieds dans l'eau. «Si on est à l'abri au village, c'est beaucoup plus compliqué dans les campagnes», explique la secrétaire, qui ajoute que le maire est sur le pied de guerre depuis 4h du matin.

Une bonne soeur a perdu la vie à 3h, emportée par une vague qui a fait céder la porte de sa chambre. Effrayée par la montée des eaux, une personne a quitté sa maison. Alertées par son fils, les autorités ont pu la retrouver dans une forêt, en état d'hypothermie. Dans le village, il y a quelques dégâts matériels. «La situation est plus difficile dans les hameaux et dans les campagnes. Les ponts ont été emportés, des familles sont isolées. (...) On avait vécu une situation difficile en 1999, la situation actuelle est pire encore. On ne comprend pas», déplore Luciano Stella, maire de Villardonnel.



(joc/cga)