Attentat au Cachemire

15 février 2019 08:54; Act: 15.02.2019 08:58 Print

«Les terroristes vont devoir payer le prix fort»

Un attentat sanglant a visé un convoi de paramilitaires indiens jeudi dans l'Etat du Cachemire. L'Inde promet aux terroristes de payer le prix fort de cet acte.

Sur ce sujet
Une faute?

Le gouvernement indien a juré vendredi de «faire payer le prix fort» aux responsables de l'attentat qui a tué la veille au moins 41 paramilitaires au Cachemire, attaque la plus meurtrière depuis le début de l'insurrection dans cette région disputée avec le Pakistan.

«Je veux dire aux groupes terroristes et à leurs maîtres qu'ils ont commis une grosse erreur. Ils vont devoir payer le prix fort», a déclaré le Premier ministre indien Narendra Modi à l'issue d'une réunion d'urgence de son gouvernement dans la matinée.

Un attentat-suicide, revendiqué par un groupe islamiste basé au Pakistan, a frappé jeudi après-midi un convoi de 78 véhicules transportant quelque 2500 paramilitaires de la Central Reserve Police Force (CRPF) de retour de congés. La scène s'est déroulée sur une autoroute à une vingtaine de kilomètres de la grande ville de Srinagar.

La puissante déflagration a été entendue à des kilomètres à la ronde et a plus particulièrement touché deux bus, avec chacun environ 35 personnes à bord. Des images diffusées par les médias montraient la charpie de métal d'au moins un véhicule au milieu de la route.

Le dernier bilan officiel en date fait état de 41 mort, chiffre susceptible de s'alourdir encore. «Personne du premier bus n'a survécu», a déclaré à l'AFP un haut responsable de la police.

Une insurrection séparatiste meurtrière secoue le Cachemire indien depuis 1989. L'Inde accuse le Pakistan de soutenir en sous-main les infiltrations et la rébellion armée, ce qu'Islamabad a toujours démenti.

«Frappes chirurgicales»

Région himalayenne revendiquée par les deux nations depuis la fin de la colonisation britannique en 1947, le Cachemire est divisé de facto entre ces frères ennemis d'Asie du Sud. Les forces indiennes dans la partie sous contrôle de New Delhi sont estimées à un demi-million d'hommes, ce qui en fait l'une des zones les plus militarisées du monde.

Le groupe islamiste Jaish-e-Mohammed, basé au Pakistan, a revendiqué l'attentat de jeudi et indiqué qu'il a été perpétré par un jeune homme de 20 ans originaire de la vallée de Srinagar.

Le Pakistan a aussitôt démenti toute implication. «Nous rejetons fermement toute insinuation par des éléments des médias et du gouvernement indien qui tentent de relier l'attaque au Pakistan sans qu'il y ait eu enquête», a déclaré le ministère pakistanais des Affaires étrangères.

Cet attentat intervient à un moment délicat pour le gouvernement Modi, qui administre directement l'État du Jammu-et-Cachemire après avoir provoqué la chute du gouvernement local en rompant son alliance avec un parti régional, et doit bientôt affronter les urnes à l'occasion des élections législatives indiennes attendues pour avril-mai.

«Si notre pays voisin pense qu'il réussira à créer de l'instabilité à travers de tels actes et conspirations, il devrait arrêter de rêver», a lancé le dirigeant nationaliste hindou.

En 2016, en représailles à l'attaque meurtrière d'une base militaire indienne par un commando islamiste, le Premier ministre avait ordonné une série de raids commandos le long de la ligne de cessez-le-feu au Cachemire.

Ces «frappes chirurgicales» avaient été volontairement très médiatisées. Elles sont régulièrement mises en avant par le gouvernement nationaliste hindou pour ériger Narendra Modi en homme fort de l'Inde. Elles ont même fait l'objet d'un film, sorti au cinéma ces dernières semaines.

(nxp/ats)