Disparition du vol MH370

14 juillet 2014 15:01; Act: 14.07.2014 15:44 Print

«Mon frère n'était pas Einstein»

La soeur du pilote de l'avion de Malaysia Airlines disparu le 8 mars 2014 est sortie de son silence pour prendre la défense de Zaharie Shah, toujours considéré comme un suspect.

Source: YouTube
Sur ce sujet
Une faute?

Plus de quatre mois après les faits, le mystère plane toujours autour de la disparition du Boeing de Malaysia Airlines. La police malaisienne n'a pas pu établir si un problème mécanique était en cause et l'hypothèse qu'une action humaine soit à l'origine du drame ne peut pas être écartée. Dans ce cas, le suspect No 1 serait alors tout désigné: Zaharie Shah. Le commandant de bord du vol MH370 est récemment revenu au centre des soupçons.

Comme le «Sunday Times» le révélait le mois dernier, les enquêteurs ont pu mettre la main sur les exercices de pilotage auxquels Zaharie Shah s'était livré avant de tenter de les effacer. Il semble que le pilote se soit entraîné à suivre des plans de vol hors des voies aériennes officielles et à atterrir sur de courtes pistes. Autre élément à charge du commandant de bord: il était le seul parmi les 239 passagers et membres d'équipage à n'avoir pris aucun engagement professionnel ou personnel après le 8 mars.

«Pourquoi prolonger l'agonie?»

Dans une interview accordée à Channel News Asia, la soeur de Zaharie Shah sort de son silence et prend la défense de son frère, relate le «Huffington Post». S'appuyant sur le fait que le Boeing 777 a volé environ six heures après la coupure du transpondeur, Sakinab Ahmad Shahla décrédibilise la thèse de la mission suicide.

«Pourquoi quelqu'un qui veut se suicider voudrait prolonger l'agonie en volant quatre, cinq, six heures juste pour finir là en bas?» demande-t-elle. Selon l'enquête, l'avion se serait crashé dans le sud de l'océan Indien. Mais pas la moindre pièce de l'appareil n'a encore pu être retrouvée malgré les recherches intensives menées par une dizaine de pays. «Si c'est lui qui a vraiment fait ça, alors il devait être une sorte d'Einstein. Mais mon frère n'était pas Einstein», affirme la soeur du pilote disparu.

«Il était juste un homme qui adorait l'aviation. S'il avait pu, je pense qu'il se serait attaché des ailes et qu'il aurait volé», conclut-elle. Selon les enquêteurs, l'explication la plus plausible est qu'une brusque chute du niveau de l'oxygène au sein de l'appareil a rendu l'équipage et les passages inconscients. L'avion aurait continué à voler grâce au pilotage automatique, jusqu'à sa chute en mer, faute de carburant.

(joc)