Décès de Jörg Haider

11 décembre 2008 15:10; Act: 12.12.2008 11:16 Print

«Mon mari n'a jamais été homosexuel»

Deux mois après la mort de Jörg Haider, sa veuve réfute non seulement l'homosexualité du politicien autrichien mais encore le fait qu'il ait trop bu avant l'accident fatal.

Sur ce sujet
Une faute?

Huit semaines après le décès de Jörg Haider, sa veuve encore en deuil a accordé une interview exclusive au magazine allemand Bunte. Elle y remet en cause l'homosexualité de son défunt époux.
"Mon mari n'a jamais été homosexuel!", affirme Claudia Haider. Si elle l'avait soupçonné d'avoir une relation amoureuse avec un homme, elle aurait immédiatement exigé le divorce, ajoute-t-elle encore. "Je souhaite maintenant mettre fin à ces rumeurs diffamatoires, en effet, pour ma famille et moi, il est très pénible d'être confronté quotidiennement à cela", revendique-t-elle enfin au cours d'une autre interview auprès du site "oe24.at".

Claudia Haider s'oppose en particulier à la divulgation publique de la prétendue relation de Jörg Haider avec Stefan Petzner, son proche collaborateur, également bouleversé par les circonstances de l'accident.
S'exprimant sur la soit-disant homosexualité de son mari, elle déclare: "Jörg et moi, nous nous sommes longtemps moqué des rumeurs qui couraient, nous avions pris le parti d'en rire et de ne pas y accorder d'importance outre mesure, il s'en était d'ailleurs bien défendu".

Des doutes sur l'accident

En ce qui concerne les circonstances de l'accident, Claudia Haider émet aussi des doutes: "Il n'a pas été prouvé que Jörg était fortement alcoolisé et qu'il ait commmis des excès de vitesse", soutient-elle.
Elle estime qu'il était très difficile d'accélérer jusqu'à 140 km/h sur une courte distance et prétend que les examens médicaux ne trahissent pas la présence excessive d'alcool jusqu'à minuit, la nuit de l'accident.

"Il y a encore beaucoup d'énigmes à résoudre", tient-elle à rappeler. Son défi: essayer de reconstituer les pièce du puzzle, tel un détective. Elle semble déterminée à y parvenir, avec le soutien d'une partie de la population.
Sur le lieu même de l'accident, on peut lire en effet une pancarte qui proclame: "Nous voulons connaître la vérité. Toutes les questions sont ouvertes".

kle/pim