Allemagne

26 octobre 2018 22:37; Act: 26.10.2018 22:37 Print

«On voit ce que peut faire la puissance d'un groupe»

par Pauline Rumpf, Forêt de Hambach - Des milliers de défenseurs du climat venus de toute l'Europe se sont rassemblés en Allemagne pour frapper un grand coup: ils se préparent à bloquer la plus grande mine de charbon à ciel ouvert d'Europe. Des Suisses sont parmi eux.

Voir le diaporama en grand »
La mine de Hambach, ici en septembre 2018, s'étend peu à peu sur le territoire de la forêt millénaire adjacente. Sheridan, Simon, Antoine, Alice et Alex (de gauche à droite) ont pris la route depuis Lausanne pour se joindre à l'action. Le petit groupe de romands réalise l'ampleur de la mine en voyant passer l'incessant va-et-vient de camions transportant du charbon. A l'arrivée à la gare, une importante mobilisation de police attend les arrivants, donnant d'emblée le ton de ce weekend très particulier. Des workshop et des formations attendent les militants en prévision de leurs contacts avec la police. Outre des repas chauds et du thé, le lieu de vie éphémère compte une bibliothèque, un stand de sérigraphie ou encore un coin enfant. Au total 6500 personnes ont participé à l'édition 2018 de Ende Gelände, ici à l'heure du départ vers la mine. Le groupe de Lausannois a fait de nombreuses «soirées peinture» pour créer les banderoles avant de rejoindre l'Allemagne. Difficile de prendre la mesure de la manifestation. Dans les champs allemands qui s'étendent déjà à perte de vue, le défilé semblait sans fin lors de la marche pour se rapprocher de la mine. Vincent Verzat, youtubeur engagé sur les questions climatiques, participe et couvre l'action Ende Gelände depuis plusieurs années. Vers midi, un premier barrage policier a bloqué le cortège et modifié les plans des militants. Peu après le premier blocus, le groupe s'est scindé et a passé les cordons de policiers. Une partie a pu rejoindre les lignes de chemin de fer, tandis que l'autre a été encerclée. Lors du contact direct entre activistes et policiers, l'ambiance était parfois détendue... ... parfois plus froide. Déçus de ne pas avoir pu rejoindre les 3000 personnes partis bloquer les voies de chemin de fer, les Romands ont quand-même pu brandir leur banderole. Le retour des militants encerclés s'est fait dans le calme, sous haute surveillance. Pendant ce temps, les activistes ayant franchi les barrières policières bloquaient toujours les voies de chemin de fer. Ils y sont restés toute la nuit, malgré le froid.

Sur ce sujet
Une faute?

L'ambiance est fébrile, mais festive, dans le camp éphémère créé sur mesure pour les milliers de militants venus de toute l'Europe pour bloquer la mine de charbon de Hambach. Certains ont parcouru des centaines de kilomètres à vélo, d'autres ont péniblement dormi dans un bus ou un train. Pour certains c'est une première, mais d'autres ont déjà plusieurs éditions de cet événement majeur de la lutte climatique dans les pattes, comme le youtubeur Vincent Verzat («partager c'est sympa»), désormais vétéran. Depuis la Suisse, près de 70 Romands ont pris la route pour se joindre au mouvement. «Quand on se bat chacun de son côté, on ne réalise pas l'ampleur de ce qu'on peut réaliser tous ensemble, avec la puissance du groupe», explique Antoine, Lausannois de 23 ans.

Les éléments ne sont pourtant pas en faveur de l'action «Ende Gelände». Le lieu de camp final a été autorisé par les autorités seulement jeudi, la météo transperce de vent, de brouillard et de froid les vestes des activistes, et les tentes se trouvent à plusieurs kilomètres à pied du lieu de l'action. Ils se lèveront pourtant tous aux aurores samedi pour les parcourir, et tenter de pénétrer dans la gigantesque mine de charbon de Hambach.

Pour y parvenir, les organisateurs de Ende Gelände ont préparé des formations pour apprendre à réagir face à la police, à mettre au point des blocus, à créer des chaînes humaines pour éviter les interpellations. Une stratégie d'infiltration, encore secrète, est en cours de finalisation. Et pour les petits conforts plus terre à terre, des citoyens ont tricoté des écharpes rouges en signe de soutien à l'action; elles ont été reçues par les participants présents avec reconnaissance. «Ça devient très réel d'un coup, raconte Sheridan, 21 ans. On sent que ça ne sera pas pour rigoler, quand certains habitués pourtant baraqués racontent leurs expériences de désobéissance civile...»

De leur côté, les policiers se sont aussi préparés. Un comité d'accueil impressionnant attend les arrivants à la gare la plus proche, et plusieurs centaines d'agents seront mobilisés samedi afin de contrôler notamment le matériel des manifestants (armes, engins pyrotechniques ou encore cagoules sont interdits par la loi allemande). «Nous travaillons cependant en collaboration avec le comité de Ende Gelände», indique un porte-parole de la police, tout en rappelant que la démarche des militants est bel et bien illégale.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Rémy le 26.10.2018 23:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On nas quune planète, agissons

    Petit message de soutiens à tous et toutes les courageux qui vont manifester pour cette cause ! De tout cur avec vous, ne lâchez rien !

  • abo le 26.10.2018 23:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo!!!

    Top! Au moins ils se bougent et ne restent pas les fesses incrustées au fond du canapé! Pas de nucléaire, mais pas non plus de charbon, c'est ça l'avenir! Et s'il faut en passer par une période difficile, d'économie d'énergie, de pannes, etc., pour aboutir à des solutions durables et écologiques et bien faisons-le! Je préfère me priver que d'avoir un jour à avaler les cachets d'iode envoyés par la confédération!

  • Joejoe le 26.10.2018 23:39 Report dénoncer ce commentaire

    Unique Terre

    Bravo à ces courageux.

Les derniers commentaires

  • Amédée Prougnard le 27.10.2018 22:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    À tous les écolos

    Profitez de la pluie pour coller vos timbres. Ça, c est un geste pour le climat !!!

  • Louis Petitjean le 27.10.2018 16:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cest seulement le fric et leur confort personnel q

    Quand vous aurez compris, les élus ce qui les intéressent cest seulement le fric, les magouilles, de couper dans les prestations pour améliorer leur confort personnel, tout ça au détriment de lenvironnement et de la santé. Pas besoin de chercher plus loin. Tous les mêmes.

  • luc le 27.10.2018 14:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ....

    on peux voir orlatti ??

  • Ver de terre le 27.10.2018 13:36 Report dénoncer ce commentaire

    La terre vous remercie

    Tous ces écologistes... bravo je suis sur que la terre va mieux allez ... de là foutaise. Sils veulent sauver la terre quils débranchent et sortent du réseau électrique pendant un mois... après on discutera

  • tacotac le 27.10.2018 13:08 Report dénoncer ce commentaire

    Mouais

    Ils sont allés à pieds, sans doute. Ils n'ont pas de téléphone, sans doute... C'est assez hypocrite, car ils refusent de renoncer à quoique ce soit dans leur vie.

    • Pedrolito le 27.10.2018 16:00 Report dénoncer ce commentaire

      Quand on ne saitt pas, on se tait?

      Ils sont en train, bravent le froid et la pluie par conviction, se comportent de manière écologique, et vont à vélo sur leur lieu d'étude. Et toi?

    • Amédée Prougnard le 27.10.2018 22:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Pedrolito

      Et le train, c est eux qui le pousse ?