Attaque en France

26 juin 2015 15:03; Act: 26.06.2015 16:48 Print

«Qu'est-ce qui se passe? Ils ont arrêté mon mari?»

La femme de Yassine Salhi, jointe par Europe 1, semble complètement abasourdie d'apprendre ce qui est reproché à son époux, père de ses trois enfants.

Sur ce sujet
Une faute?

La rédaction d'Europe 1 a pu joindre l'épouse de Yassine Salhi, 35 ans, suspecté d'avoir perpétré l'attaque terroriste de vendredi matin contre une usine de Saint-Quentin-Fallavier. La conversation entre cette mère de famille et le journaliste est surréaliste, tant la femme du terroriste semble tomber des nues. «J'allume la télé, qu'est-ce qui se passe? Ils l'ont arrêté?», demande-t-elle, paniquée. Elle explique que son époux, qui travaille comme livreur, est tout à fait normal. «J'ai le coeur qui va s'arrêter, je comprends rien!», s'exclame-t-elle.

C'est la belle-soeur de la mère de famille qui lui a appris la nouvelle. «C'est pas possible! Moi je le connais, c'est mon mari, on a une vie de famille normale (...) Nous sommes des musulmans normaux», assure l'épouse du suspect, qui demande au journaliste pourquoi son homme aurait commis un attentat: «Je peux appeler qui pour qu'ils me donnent plus de renseignement parce que là je comprends rien!», implore la mère de famille, avant de fondre en larmes. Elle a ensuite été interpellée par la police.

Un homme discret

Dans le quartier tranquille où résident le couple et ses trois enfants de 6 à 9 ans, les voisins les décrivent comme «une famille discrète». «Leurs enfants jouent avec les miens; ils sont tout à fait normaux et câlins», a déclaré une voisine d'une quarantaine d'années, qui refuse de donner son nom.

La famille Salhi habite au premier étage d'un petit immeuble social de trois étages. Une bâche blanche a été disposée par la police pour masquer l'entrée et deux policiers en civil, armés, étaient en faction devant la porte.

Une femme, portant un enfant dans les bras, puis une deuxième personne, en sont sorties dissimulées sous un drap blanc en milieu d'après-midi et ont été aussitôt emmenées dans des véhicules de police.

Une vingtaine de voisins se sont agglutinés dans le calme devant les grilles de l'immeuble.

L'un d'eux, âgé d'une cinquantaine d'annnées, dit à propos de Yassin Salhi: «Il ne parlait à personne. On se disait juste bonjour-bonsoir .» Le suspect ne se distinguait pas non plus par sa tenue. «Il avait juste une petite barbe», selon lui.

Un jeune présent sur place affirmait n'avoir «jamais vu» Yassin Salhi à la mosquée de Saint-Priest.

Yassin Salhi, 35 ans, est soupçonné d'être l'auteur de l'attentat qui a fait un mort par décapitation dans une usine de gaz industriels de Saint-Quentin-Fallavier.

Il a été fiché de 2006 à 2008 par les services de renseignements pour «radicalisation» et était «en lien avec la mouvance salafiste», a affirmé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

(joc/afp)