Septuagénaire blessée à Nice

25 mars 2019 11:26; Act: 25.03.2019 11:35 Print

«Quand on est fragile...»: Macron moralise la victime

Le président français a souhaité «un prompt rétablissement, et peut-être une forme de sagesse» à la septuagénaire blessée samedi à Nice. Des propos qui passent mal.

Sur ce sujet
Une faute?

Une manifestante septuagénaire a été grièvement blessée samedi à Nice, lors d'une charge de la police contre des manifestations de gilets jaunes. Une enquête a été ouverte et la famille de la victime a porté plainte. «J'ai ordonné la saisie des images vidéo, par ailleurs d’excellente qualité, et fait des réquisitions auprès de l'hôpital Pasteur», a déclaré le procureur de Nice Jean-Michel Prêtre. Il a aussi fait ausculter Geneviève Legay, 73 ans, par un médecin légiste samedi soir.

Les pompiers avaient évacué la septuagénaire consciente malgré ses blessures et la flaque de sang visible au niveau de sa tête. La militante de l'association Attac souffre de plusieurs fractures au crâne et d’hématomes sous-duraux, selon sa fille. Elle est dans un état stable. «Elle a apparemment tapé fort sur un poteau (délimitant le parcours) du tramway. Cela s'est fait dans la phase de dispersion » du rassemblement, qui avait lieu dans un périmètre où les manifestations avaient été interdites, a ajouté le procureur.

Macron pas tendre

Dans une interview à «Nice-Matin» publiée lundi, Emmanuel Macron a souhaité «un prompt rétablissement, et peut-être une forme de sagesse» à la septuagénaire. «Quand on est fragile, qu'on peut se faire bousculer, on ne se rend pas dans des lieux qui sont définis comme interdits et on ne se met pas dans des situations comme celle-ci», a-t-il estimé.

Les propos d'Emmanuel Macron font des remous, notamment dans le camp de Mme Legay. «Je me demande qui est responsable: est-ce que c'est un président de la République qui commence à critiquer une personne qui est sur son lit d'hôpital?», s'est insurgé Arié Alimi sur BFM TV, qualifiant les paroles du président français de «grossières et indélicates».

Le représentant de la militante a ajouté, sur LCI, qu'il espérait que Macron s'excuse auprès de sa cliente et sa famille. Quant à l'état de santé de Mme Legay: «Pas d'amélioration. Sa famille est en alerte, nous attendons de voir son évolution.»



Jean-Luc Mélenchon s'est lui aussi fendu d'une réaction outrée sur Twitter: «Monsieur Macron, notre Geneviève de Nice n'a pas besoin de vos leçons de sagesse. Vous auriez beaucoup à apprendre d'elle. Elle milite pour le bien des autres. Et vous, vous la frappez au nom de quoi?», a écrit le leader du parti d'opposition La France Insoumise.

(joc/afp)