Procès UBS

24 octobre 2018 19:20; Act: 24.10.2018 22:35 Print

«Rien d'assez sérieux» pour inquiéter le sommet

L'ex-numéro 3 d'UBS, Raoul Weil, a certifié au Tribunal correctionnel de Paris son ignorance de pratiques illicites.

storybild

Raoul Weil est apparu très calme devant le tribunal. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ex-numéro 3 d'UBS a affirmé mercredi au Tribunal correctionnel de Paris qu'il n'avait eu connaissance d'aucune plainte ou alerte concernant un quelconque démarchage illicite de la part de commerciaux suisses en France.

«Il n'y avait rien d'assez sérieux pour être remonté à mon niveau», a déclaré Raoul Weil, 58 ans, qui fut responsable de la banque privée internationale chez UBS AG de 2004 à 2007, avant de devenir le numéro 3 du groupe.

La justice française accuse le poids lourd de la gestion de fortune UBS AG d'avoir, entre 2004 et 2012, illégalement envoyé ses commerciaux en France pour piocher dans la riche clientèle de sa filiale UBS France, repérée lors de réceptions, parties de chasse ou rencontres sportives, pour la convaincre d'ouvrir des comptes non déclarés en Suisse.

L'enjeu est énorme pour le groupe UBS AG: il encourt une amende pouvant atteindre la moitié des fonds présumés dissimulés, évalués par les enquêteurs à plus de 10 milliards d'euros.

Il l'est aussi pour Raoul Weil, qui comparaît, comme sa banque, pour «démarchage bancaire illicite» et «blanchiment aggravé de fraude fiscale». Il a déjà dû verser une caution de 200'000 euros et encourt jusqu'à 10 ans de prison.

Mais à la barre, il affiche une assurance un peu lasse, répétant son ignorance de pratiques parfois un peu «curieuses» («tricky») mais «toujours légales» à sa connaissance, buvant de petites gorgées de Coca-Cola entre deux questions.

En habitué, il revient sur le fonctionnement général de la banque, un immense paquebot avec 63'000 personnes sous son autorité, dont à peine une grosse centaine en France, où le géant suisse effectuait «moins de 1%» de son chiffre d'affaires.

Rien par rapport aux Etats-Unis

Car cette épreuve n'est rien au regard du calvaire qu'il a vécu il y a quelques années. Inculpé - déjà - aux Etats-Unis pour démarchage illicite au profit d'UBS AG, il avait été arrêté en Italie en 2013, été retenu deux mois dans une cellule «avec des membres de la mafia albanaise» avant d'être extradé aux Etats-Unis, se souvient-il.

Accusé d'avoir aidé des milliers d'Américains à dissimuler près de 20 milliards de dollars au fisc entre 2002 et 2007, il avait été acquitté, affirmant qu'il ne «savait rien» des malversations de ses banquiers. Pour UBS, l'affaire s'était soldée dès 2009 par une colossale amende de 780 millions de dollars et la rupture du sacro-saint secret bancaire suisse, avec la révélation des noms de milliers de fraudeurs.

Ces deux affaires, assure la défense, n'ont «aucun rapport». L'interrogatoire de Raoul Weil, qui fait désormais du conseil, se poursuivra jeudi.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ATS le 24.10.2018 20:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien tenté !

    Je pleure de rire en voyant la tournure qua pris cette procédure. On voit à quel point la justice française fait peur à nos gangster en col blanc Ahahahahaha. Il ont pas eu le même discours ailleurs les amis.... en même temps, quelle hypocrisie de la part du gouvernement français de sattaquer à la banque alors que ce sont ces propres contribuables quelle aurait dû poursuivre. Les épaules sont bien plus solides de ce côté du Jura. ABE. (Sans toutefois protéger le plan dévasion fiscal que nos cravates rouges ont su mettre en place)

Les derniers commentaires

  • ATS le 24.10.2018 20:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien tenté !

    Je pleure de rire en voyant la tournure qua pris cette procédure. On voit à quel point la justice française fait peur à nos gangster en col blanc Ahahahahaha. Il ont pas eu le même discours ailleurs les amis.... en même temps, quelle hypocrisie de la part du gouvernement français de sattaquer à la banque alors que ce sont ces propres contribuables quelle aurait dû poursuivre. Les épaules sont bien plus solides de ce côté du Jura. ABE. (Sans toutefois protéger le plan dévasion fiscal que nos cravates rouges ont su mettre en place)

    • Gio le 24.10.2018 20:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @ATS

      Si la France taxait moins peut être que ce genre de chose narriverai pas.

    • Fred Eric le 24.10.2018 20:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @ATS

      De toute façon la confédération épongera l'amende comme d'habitude.

    • the taker le 24.10.2018 20:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Fred Eric

      Nous, vous voulez dire

    • pily le 24.10.2018 21:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Fred Eric

      Je vous rafraîchit la mémoire, la confédération pour votre gouverne ces nos impôts avez vous envie de payer plus ?

    • Logique le 24.10.2018 22:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Gio

      Vous payez les impôts demandez par la loi ou alors vous pouvez aller ailleurs si ça ne vous plait pas . Ce nest parce que la Coop vend la tablette de chocolat vingt centimes plus cher que la Migros que vous avez le droit de la voler .

    • ATS le 24.10.2018 23:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Gio

      Je suis tout à fait daccord