Insultes au jour le jour

30 juillet 2012 09:53; Act: 30.07.2012 14:56 Print

«S*****!»: film sur le sexisme au quotidien

Sofie Peeters, étudiante en dernière année de la Haute Ecole flamande Rits à Bruxelles, a fait polémique la semaine dernière avec un film, tourné en caméra cachée, sur le sexisme ordinaire.

Une faute?

Sofie Peeters, étudiante en dernière année de la Haute Ecole flamande Rits, à Bruxelles, subissant au quotidien les insultes des hommes dans la rue. C'est ce qui l'a décidée à réaliser un film sur le sujet: «Femmes de rue». Munie d’une caméra et d’un micro HF, elle marche dans les rues de son quartier et laisse les remarques affluer. Le film montre des interpellations à répétition, allant du «compliment» à l’injure directe.

Après la diffusion de ce reportage sur la chaîne Canvas, la police de la capitale a voulu réagir. Dès le mois de septembre, les auteurs de harcèlement écoperont d'une amende administrative de 250 euros. D’après la porte-parole de la police, Ilse Van der Keeren, les femmes victimes de harcèlement sexuel et d’insultes doivent aller porter plainte afin que la police soit en mesure de commencer une enquête. La responsable affirme que toutes les plaintes seront prises en considération.

La démarche n’est pas comparative, et le film se concentre sur le quartier dans lequel vit la réalisatrice: un quartier plutôt défavorisé, habité en grande partie par des classes populaires et issues de l'immigration. Les déclarations de la réalisatrice, selon laquelle les hommes les plus injurieux seraient les allochtones (populations d'origine étrangère), demandent ainsi à être confrontées à d’autres terrains, d’autres milieux et d’autres quartiers de la ville.

(ela)