Gaza

16 juillet 2014 09:41; Act: 17.07.2014 11:54 Print

«Sortez maintenant ou vous allez mourir»

La technique du «knock on the roof» («frapper sur le toit» avant de bombarder), utilisée par Tsahal à Gaza, est critiquée car elle ne laisserait pas assez de temps aux civils pour fuir.

Sur ce sujet
Une faute?

Une vidéo de l'agence de presse Wataniya basée à Gaza illustre la technique militaire du «roof knocking» ou «knock on the roof», utilisée de manière régulière par l'armée israélienne lors des frappes aériennes sur des immeubles de la Bande de Gaza. Présenté comme un moyen de limiter le nombre de victimes en permettant aux habitants de s’enfuir, le «roof knocking», qui consiste à envoyer une bombe non létale, préventivement, sur le toit d'un immeuble voué à être détruit par des bombes plus puissantes ensuite, est très critiqué. En cause? Le temps laissé aux civils, non ciblés par les frappes, pour fuir avant la destruction totale du bâtiment soupçonné d'abriter armes et combattants. Un «sortez maintenant ou vous allez mourir» en guise d'ultime avertissement.

D'après la légende de la vidéo ci-dessus, qui a été coupée, le délai proposé aux habitants serait d'environ 15 minutes, indique Euronews. L'armée israélienne a, elle-même, communiqué sur cette tactique dans une vidéo (ci-dessous), repérée par le «Washington Post». On y voit la transcription d'un appel téléphonique, prévenant un civil d'une frappe prochaine, puis le lâcher d'une première bombe non létale.

Les détracteurs du «roof knocking» expliquent également que les appels téléphoniques montrent combien les réseaux de communication de Gaza sont contrôlés par Israël. Ils expliquent aussi que de nombreux «avertissements» ne sont pas suivis d'une attaque: une tactique inquiétante qui pourrait être considérée comme une sorte de guerre psychologique.

Pour sa part, Philip Luther, directeur d’Amnesty International au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, a dénoncé cette pratique dans un communiqué daté du 11 juillet. «Tirer un missile sur un bâtiment civil ne peut en aucun cas constituer un «avertissement» efficace», a expliqué l'ONG, qui a dénombré plusieurs morts et blessés lors de frappes similaires.

(cga)