Côte d'Ivoire

25 février 2011 10:53; Act: 25.02.2011 10:57 Print

Échanges de tirs à Yamoussoukro

Des échanges de tirs ont eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi dans la capitale politique ivoirienne Yamoussoukro (centre), entre forces de l'ordre fidèles au président sortant Laurent Gbagbo.

Une faute?

Des patrouilles des Forces de défense et de sécurité (FDS) loyales à M. Gbagbo ont essuyé des tirs durant la nuit dans le quartier de Dioulabougou. S'en sont suivis des échanges de tirs jusqu'aux environs de 08h00, ont indiqué une source FDS et des habitants.

Un journaliste local a précisé que des tirs sporadiques étaient toujours entendus vers 09h00. Dans la banlieue de Yamoussoukro, l'école militaire de Zambakro était vendredi matin «en alerte» après ces incidents, a affirmé une source au sein de l'institution.

Capitale politique fondée par le «père de la nation» Félix Houphouët-Boigny (premier président de 1960 à 1993), Yamoussoukro abrite le «com-théâtre», le centre des opérations des FDS.


Ombre diplomatique

Une série d'incidents opposant FDS et partisans d'Alassane Ouattara, reconnu président élu par l'ONU et la communauté internationale, ont eu lieu depuis l'éclatement de la crise née de la présidentielle de novembre.

Ces échanges de tirs surviennent alors que la situation se dégrade à la fois dans l'Ouest, avec des combats entre FDS et ex- rebelles alliés à M. Ouattara jeudi, et dans la capitale économique Abidjan où le camp Gbagbo affronte un groupe armé dans le quartier pro-Ouattara d'Abobo. La dernière flambée de violences a fait au moins 15 morts dans la semaine écoulée, selon l'ONU, portant à 315 le nombre de tués depuis mi-décembre.

Ce regain de tension jette une ombre sur les efforts diplomatiques en cours. Après un séjour à Abidjan cette semaine, un panel de présidents africains est censé arriver d'ici fin février à des solutions «contraignantes» pour une sortie de crise.

(ats)