Espionnage aux USA

14 juin 2013 13:58; Act: 02.07.2013 10:00 Print

L'UE obtient des infos sur l'affaire Snowden

Les Etats Unis ont accepté d'informer les Européens sur leur programme d'espionnage des communications, a annoncé vendredi la commissaire en charge des Affaires intérieures Cecilia Malmström.

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous sommes convenus de mettre en place un groupe d'experts des deux côtés de l'Atlantique pour échanger les informations et étudier les garanties», a expliqué la commissaire chargée des Affaires intérieures, Cecilia Malmström, après une rencontre à Dublin avec le ministre américain de la Justice Eric Holder.

«Le programme Prism suscite beaucoup de préoccupations et quelques questions restent encore sans réponses», a-t-elle ajouté. «Il doit y avoir un équilibre entre la lutte contre le terrorisme et le respect de la vie privée des citoyens», a-t-elle insisté.

Sa collègue Viviane Reding (Justice) s'est dit très satisfaite d'avoir eu une explication «les yeux dans les yeux» avec M. Holder sur ce programme.

Explications fournies

«Des explications fournies, Prism est une affaire américaine, mais il ne peut opérer aux dépens des citoyens européens», a-t-elle averti. Mme Reding est responsable de la protection de la vie privée des citoyens de l'UE. «Des experts Européens et Américains vont devoir clarifier les questions restées pendantes», a-t-elle ajouté.

«Mais il est clair que beaucoup de points qui faisaient redouter aux Européens l'intrusion de Big Brother dans leur vie privée ont reçu des explications. Prism doit être autorisé par une décision de justice et être utilisé sur la base de présomptions d'activités terroristes ou criminelles», a-t-elle expliqué.

Eric Holder a confirmé le «contrôle judiciaire et parlementaire» sur Prism, et assuré que l'utilisation du programme était «ciblée sur des individus ou des groupes soupçonnés d'activités terroristes ou criminelles sur la base d'informations des services de renseignement intérieurs ou étrangers».

Lois suisses «respectées»

La Commission européenne a adressé en début de semaine une lettre aux autorités américaines dans laquelle elle exprime ses «sérieuses inquiétudes» quant au respect des droits fondamentaux des citoyens de l'UE et demande des explications sur le but et la portée de ce programme.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a également demandé lundi «dans un courrier diplomatique adressé à l«ambassade des Etats-Unis à Berne des éclaircissements sur cette affaire».

Le gouvernement américain a répondu qu'il ne commentait pas les allégations concernant les activités de renseignement, mais qu'il respectait les lois et la souveraineté de la Suisse, a indiqué vendredi le DFAE. Le Conseil fédéral a pris connaissance de la réponse américaine lors de sa séance vendredi.

«Rendre des comptes»

Le ministre américain de la Justice a affirmé qu'Edward Snowden, à l'origine des fuites sur les programmes de surveillance américains, devrait «rendre des comptes». «Une enquête est en cours sur cette affaire», a-t-il ajouté.

Les fuites «ont porté atteinte à la sécurité nationale des États-Unis, elles mettent en danger la sécurité du peuple américain et la sécurité des gens dans les pays alliés. Je suis confiant dans le fait que la personne responsable devra rendre des comptes», a insisté M. Holder.

Londres a invité des compagnies aériennes du monde entier à empêcher M. Snowden de prendre un vol à destination du Royaume Uni, rapporte l'agence AP. Les autorités britanniques ont confirmé cette note du Home Office émise lundi pour lui interdire l'embarquement, parce que «l'individu se verrait très probablement refuser l'entrée au Royaume Uni».

«Combattre le gouvernement américain»

Plusieurs compagnies aériennes de Thaïlande, de Malaisie et de Singapour ont confirmé avoir reçu la consigne britannique, poursuit AP. A Hong Kong, les autorités aéroportuaires disent toutefois en ignorer l'existence.

L'informaticien de 29 ans qui travaillait en tant que sous-traitant pour la National Security Agency (NSA, l'agence américaine de sécurité), a révélé être l'informateur des journaux britannique «Guardian» et américain «Washington Post», qui ont dévoilé l'existence du programme Prism.

Réfugié à Hong Kong depuis le 20 mai, M. Snowden a affirmé mercredi vouloir rester dans le territoire autonome chinois pour y «combattre le gouvernement américain devant les tribunaux».

(ats)