France

20 décembre 2011 11:26; Act: 20.12.2011 13:44 Print

30'000 femmes devront enlever leurs faux seins

Les autorités vont demander à près de 30'000 Françaises porteuses de prothèses mammaires en silicone de la marque PIP de se les faire enlever. Des Suissesses en portent aussi...

storybild

Plusieurs cas de cancers suspects ont été signalés en France. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

«Avant la fin de la semaine, les autorités vont demander à toutes les femmes porteuses de prothèses mammaires de la marque PIP de se les faire retirer: des prothèses, conçues à partir d'un gel non conforme, qui peuvent se déchirer et provoquer, outre des inflammations, des cancers», annonce mardi «Libération». Le quotidien souligne que cette décision «d'explantation» est unique dans l’histoire de la chirurgie réparatrice en France.

Huit cas de cancer ont été «signalés» chez des patientes ayant eu des prothèses mammaires PIP défectueuses, avait indiqué le 15 décembre le professeur Jean-Yves Grall, un responsable du ministère de la Santé. Parmi ces huit cas, cinq cancers du sein ont été déclarés, ainsi qu'un cas de lymphome rare du sein (décédé), un cas de lymphome de l'amygdale et un cas de leucémie.

Plus de 2000 plaintes en justice

Le gouvernement a confirmé qu'il annoncera d'ici la fin de semaine son plan d'action concernant ces prothèses. «L'urgence, c'est que toutes les femmes qui ont des prothèses PIP retournent voir leurs chirurgiens», a déclaré la porte-parole du gouvernement Valérie Pécresse, interrogée sur l'article de «Libération».

Qui paiera? «S'il s'agit d'une urgence sanitaire et de santé publique, la réopération sera à la charge de la Sécurité sociale», a- t-elle dit. La justice, qui a reçu plus de 2000 plaintes de porteuses de prothèses mammaires PIP, a ouvert une information judiciaire pour «blessures et homicide involontaire».

280 femmes concernées en Suisse

Quelque 300’000 femmes dans le monde portent des implants PIP, dont 280 en Suisse, selon des chiffres dévoilés en janvier par la Société suisse de chirurgie plastique. Dans un article du journal «Le Matin» du 28 novembre 2011, le chirurgien genevois Gabor Varadi recommande d’ailleurs vivement aux Suissesses concernées de se les faire enlever.

Le médecin rappelle aussi que toutes les interventions chirurgicales, même esthétiques, comportent des risques. «Il est primordial que les personnes soient conscientes que la prothèse mammaire ne peut être qu’un objet étranger dans le corps de quelqu’un», rappelle-t-il.


(gco/ats)