Tensions en Algérie

20 mars 2011 13:52; Act: 20.03.2011 14:30 Print

300 manifestants rassemblés

Quelque 300 personnes ont manifesté dimanche devant la présidence à Alger pour demander un emploi, des contrats de longue durée, l'intégration dans l'Education nationale, des réformes ou encore une aide pour ceux récemment rapatriés de Libye.

Sur ce sujet
Une faute?

La manifestation, organisée par le Collectif des chômeurs créé le mois dernier, devait initialement s'ébranler de la place des Martyrs dans le vieux centre d'Alger vers la présidence mais une forte mobilisation policière a conduit les participants à rejoindre séparément la présidence.

Nous ne sommes pas des voyoux

Ils ont été maintenus à une cinquantaine de mètres de distance du complexe présidentiel par un important cordon policier.

«Nous ne sommes pas des politiciens, nous ne sommes pas des voyous. Nous sommes une jeunesse éduquée», criaient des manifestants.

«Protestations jusqu'à l'assimilation» ou «l'intégration est un droit», affirmaient des banderoles.

Emeutes sanglantes

Les protestations sociales et politiques à tous les échelons de la société algérienne se sont multipliées ces dernières semaines, notamment à la suite d'émeutes sanglantes contre la cherté de la vie début janvier qui ont fait 5 mots et quelque 800 blessés. La contestation s'est traduite également par une trentaine de tentatives d'immolations par le feu, dont cinq ont été mortelles.

Samedi, le président Abdelaziz Bouteflika a annoncé de prochaines réformes «globales».

(afp)