Tadjikistan

29 juillet 2018 20:44; Act: 29.07.2018 20:52 Print

4 touristes mortellement fauchés par une voiture

Le groupe de touristes se déplaçaient à vélo dans le sud du pays quand l'accident s'est produit. La nationalité des victimes est, pour l'heure, inconnue.

storybild

Trois touristes sont morts sur les lieux du drame. La quatrième victime est décédée des suites de ses blessures à l'hôpital. (Photo: DR/ Twitter)

Sur ce sujet
Une faute?

Quatre touristes étrangers qui se déplaçaient en groupe à vélo dans le sud du Tadjikistan ont été tués et trois autres blessés dimanche, fauchés par une voiture, ont annoncé les autorités de ce pays d'Asie centrale.

L'accident s'est produit dans la région de Danghara, à 150 km au sud de la capitale, Douchanbé, a déclaré le ministère tadjik de l'Intérieur dans un communiqué, ajoutant que le conducteur de la voiture avait pris la fuite après les faits.

«Trois étrangers sont morts sur place et un autre est mort des suites de ses blessures à l'hôpital», a poursuivi le ministère, selon lequel trois autres touristes du même groupe ont reçu une aide médicale.

Contacté par l'AFP, le ministère tadjik de l'Intérieur a précisé que le groupe de touristes était composé de deux Américains, deux Néerlandais et de trois autres étrangers, sans dire de quelle nationalité étaient les personnes tuées. Selon l'ambassade des Etats-Unis au Tadjikistan, deux des personnes tuées étaient des Américains.

Les forces de l'ordre ont annoncé dans la soirée avoir abattu deux personnes et en avoir arrêté une autre dans le cadre d'une opération spéciale déclenchée après l'accident pour retrouver son ou ses responsable(s).

«Une personne a été arrêtée, deux autres ont opposé une résistance au moment de l'arrestation et ont été tuées», a déclaré le ministère de l'Intérieur, sans préciser si les suspects étaient liés à une organisation radicale. Le Tadjikistan, un petit pays d'Asie centrale dont la majorité de la population est musulmane et qui est la plus pauvre des ex-républiques soviétiques, est dirigé d'une main de fer par le président Emomali Rakhmon depuis 1992.

(nxp/afp)