Aviation

26 septembre 2019 17:24; Act: 26.09.2019 17:56 Print

737 MAX: les pilotes n'ont pas réagi comme prévu

Il y a visiblement un fossé entre les réactions théoriques des pilotes de l'avion 737 MAX et leurs réactions réelles.

Voir le diaporama en grand »
Il y a un fossé entre le comportement théorique des pilotes de 737 MAX et la réalité, a reconnu le constructeur Boeing. (Jeudi 26 septembre 2019) Le géant aéronautique américain Boeing a annoncé le versement de 100 millions de dollars aux familles des victimes des deux accidents de son avion 737 MAX, qui ont fait 346 morts. (Mercredi 3 juillet 2019) L'enquête sur les causes du crash en Ethiopie d'un Boeing 737 MAX 8 va prendre un temps «considérable», a affirmé samedi la ministre éthiopienne des Transports. (Samedi 16 mars 2019) Le pilote a rencontré une situation d'urgence immédiatement après le décollage, demandant dans une «voix paniquée» un retour alors que l'avion accélérait à une vitesse anormale. (Jeudi 14 mars 2019) Les boîtes noires du Boeing 737 MAX 8, qui s'est écrasé dimanche dernier, ont été envoyées à Paris pour être analysées. (14 mars 2019) Les Etats-Unis vont obliger Boeing à procéder à des modifications du 737 MAX 8 (photo) et du 737 MAX 9 mais ne vont pas clouer ces avions au sol. (Mardi 12 mars 2019) La boîte noire a été retrouvée, permettant peut-être de comprendre les circonstances du drame (11 mars 2019). Un Boeing 737 d'Ethiopian Airlines s'écrase, faisant 157 morts. (10 mars 2019) Un Boeing 737 d'Ethiopian Airlines qui effectuait la liaison Addis Abeba-Nairobi s'est écrasé dimanche matin peu après le décollage et les 157 personnes. (10 mars 2019) Les proches des victimes attendent des informations à l'aéroport international Jomo Kenyatta, au Kenya. (10 mars 2019) A l'aéroport international de Nairobi (JKIA), les proches des passagers étaient pris en charge dans un hôtel situé dans l'enceinte de l'aéroport. (10 mars 2019) Les familles des victimes crient leur douleur à Addis Abeba. (10 mars 2019) Addis Abeba. (10 mars 2019) Le PDG d'Ethiopian Airlines au milieu d'un cratère de terre retournée, creusé par le crash et parsemé d'effets personnels et de débris. (10 mars 2019) Militaires et de policiers, ainsi que la présence d'une équipe d'enquête de l'Agence éthiopienne de l'aviation civile. Le crash du Boeing 737 d'Ethiopian Airlines a fait 157 morts dont de nombreux étrangers. (10 mars 2019) Le crash du Boeing 737 d'Ethiopian Airlines a fait 157 morts dont de nombreux étrangers. (10 mars 2019) Un Boeing 737 d'Ethiopian Airlines qui effectuait la liaison Addis Abeba-Nairobi s'est écrasé dimanche matin peu après le décollage. (10 mars 2019)

Une faute?

Boeing et l'agence fédérale de l'aviation américaine (FAA) ont mal évalué la réaction des pilotes aux alertes en vol en cas de dysfonctionnement du système anti-décrochage MCAS, mis en cause dans les accidents du 737 MAX, a conclu le NTSB, le régulateur des transports américain.

«Nous avons observé dans ces deux accidents que les équipages n'ont pas réagi de la façon dont Boeing et la FAA pensaient qu'ils le feraient», avance Robert Sumwalt, le patron du NTSB. «Ces hypothèses (de Boeing et la FAA) avaient été utilisées pour concevoir l'avion et nous avons constaté un fossé entre ces suppositions qui ont servi à certifier le MAX et la réalité, où les pilotes étaient confrontés à de multiples alarmes et alertes en même temps», fustige-t-il.

Un total de 346 morts

Les crashs d'Ethiopian Airlines et de Lion Air ont fait au total 346 morts, ce qui a entraîné l'immobilisation au sol depuis plus de six mois de toute la flotte des 737 MAX à travers le monde. Boeing travaille actuellement à des changements exigés, dont la formation des pilotes, par les régulateurs pour obtenir la levée de l'interdiction de vol.

Le NTSB recommande à la FAA de revoir les hypothèses de Boeing et d'autres fabricants lors de la conception de logiciels pour des situations d'urgences, et de voir si ces systèmes ne devraient pas être révisés afin de prendre en compte différentes réactions des pilotes face aux alarmes et alertes en vol.

«Réponses pas cohérentes»

Le régulateur recommande également à la FAA de développer «des méthodes et outils robustes» pour valider les hypothèses liées aux réactions des pilotes face à des problèmes de sécurité importants lors du processus de certification de la conception d'un avion. «Nous nous engageons à travailler avec la FAA pour examiner les recommandations du NTSB», a réagi Boeing.

Le NTSB affirme qu'il ne porte pas de jugement sur l'action des pilotes lors des deux accidents, et que ses recommandations portent davantage sur les hypothèses émises lors du processus d'homologation américain du 737 MAX.

«Les réponses des pilotes aux actions imprévues du MCAS n'étaient pas cohérentes avec les hypothèses émises par Boeing lors des évaluations du système de contrôle de vol pendant la conception du 737 MAX en cas d'aléas», avance encore le NTSB.

Procédures d'urgence appliquées

Selon les conclusions préliminaires des enquêteurs de l'accident d'Ethiopian Airlines, les données d'angle d'attaque transmises à l'avion par la sonde d'incidence (AOA) étaient erronées, provoquant l'activation du MCAS, comme ce fut le cas pendant le vol Lion Air. Le MCAS avait mis brutalement l'avion en «piqué» (nez vers le sol).

Le commandant de bord et son copilote avaient appliqué toutes les procédures d'urgence, selon les enquêteurs.

(nxp/afp)