19 mars 2011 14:01; Act: 19.03.2011 16:31 Print

A Paris se forme la ligue anti-Kadhafi

Un sommet entre dirigeants occidentaux et arabes s'est ouvert samedi à Paris pour examiner la situation en Libye.

Sur ce sujet
Une faute?

La réunion entre dirigeants occidentaux et arabes se déroule après la résolution de l'ONU autorisant le recours à la force contre le régime du colonel Mouammar Kadhafi.

Après s'être entretenu avec les premiers ministres canadien Stephen Harper et britannique David Cameron et la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, Nicolas Sarkozy a accueilli sur le perron de l'Elysée les autres participants à ce sommet.

Parmi ces 22 dirigeants figurent l'Allemande Angela Merkel, dont le pays s'est abstenu lors du vote de la résolution de l'ONU, l'Espagnol José Luis Zapatero, le premier ministre du Qatar, les ministres des Affaires étrangères irakien, jordanien et émirati et le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon.

Aucun dirigeant africain

Aucun dirigeant africain ne participe finalement à ce sommet, le président de la Commission de l'Union africaine (UA) Jean Ping, un temps annoncé, étant retenu à Nouakchott, en Mauritanie, pour une réunion avec les cinq chefs d'Etat africains chargés d'une médiation pour trouver une issue pacifique à la crise libyenne.

L'UA a rejeté le 11 mars dernier toute forme d'intervention militaire étrangère en Libye.

Après le vote de la résolution de l'ONU, Paris, Londres, Washington et des pays arabes ont adressé vendredi soir un ultimatum au colonel Kadhafi, exigeant la fin «immédiate» de «toutes les attaques» et le retrait des troupes libyennes des villes d'Ajdabiya, Misrata et Zawiyah, sous peine d'une action militaire.

Des combats étaient en cours samedi autour du fief rebelle de Benghazi, dans l'est de la Libye.

(ats)