Guatemala

28 décembre 2011 16:12; Act: 28.12.2011 16:41 Print

Abandon des poursuites contre l'ancien dictateur

La justice du Guatemala va suspendre ses poursuites contre l'ancien dictateur Oscar Mejia (1983-1986), accusé de génocide et crimes de guerre.

Sur ce sujet
Une faute?

«Sur la base d'informations médicales notamment psychiatriques et conformément à la législation en vigueur, nous ne pouvons continuer à poursuivre pénalement M. Mejia, alors nous devons suspendre» les poursuites, a expliqué mardi devant des journalistes le procureur Manuel Vasquez.

D'après «les rapports remis» par l'Institut national des sciences légales (Inacif) et des médecins, Oscar Mejia «n'est pas en condition physique et mentale d'affronter un procès», a-t-il ajouté. Il a précisé que d'après l'article 76 du code de procédure pénale, «quand les personnes ne sont pas en condition» physique ou mentale, «il faut suspendre les poursuites».

Une juge avait demandé le 9 décembre que M. Mejia, 80 ans, soit transféré d'un hôpital à son domicile sous escorte policière et donné quinze jours au parquet pour continuer ou suspendre ses poursuites.

En octobre, il avait été établi que M. Mejia, 80 ans, présentait «un trouble mental» qui rend son expression difficile et «limite ses facultés de compréhension», selon des rapports d'experts médicaux.


Des problèmes au jambes

L'équipe de médecins avait également indiqué que l'ex-dictateur souffrait d'une réduction de ses capacités motrices, notamment au niveau des jambes, n'avait donc «pas la capacité de comparaître à un procès», selon la justice.

Oscar Mejia Victores (août 1983 à janvier 1986) était parvenu au pouvoir après un coup d'Etat contre un autre dictateur, Efrain Rios Montt, aujourd'hui député. Les présidences de Victores et Montt correspondent aux périodes les plus meurtrières d'une guerre civile de 36 ans au Guatemala, qui selon les Nations unies a fait 200'000 morts et disparus.

En août dernier, un tribunal avait condamné quatre militaires à la retraite pour le massacre de 201 villageois en 1982. Il s'agissait de la première condamnation d'ex-militaires pour des faits commis pendant cette période.

(ats)