Commerce

26 juillet 2018 22:19; Act: 27.07.2018 10:32 Print

Accord UE/USA: Macron est sceptique

Le président français juge utiles les discussions de la veille entre Trump et Juncker tout en y mettant un bémol.

storybild

Emmanuel Macron: «Je considère qu'aucun standard européen ne doit être supprimé ou abaissé en matière environnementale, sanitaire ou alimentaire par exemple.» (Photo: AFP)

Une faute?

L'accord entre l'UE et les Etats-Unis annoncé par Donald Trump et Jean-Claude Juncker amène des espoirs de trêve dans le conflit commercial qui menace, avant tout à Berlin. Il soulève en même temps des questions à Paris, qui a rappelé ses lignes rouges.

L'Allemagne, dont les excédents commerciaux records et l'industrie automobile sont dans le collimateur de la politique protectionniste du président américain, a fait état jeudi de son satisfecit. Berlin a jugé «constructif» le résultat de la rencontre la veille entre Donald Trump et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, selon une porte-parole de la chancelière Angela Merkel, Ulrike Demmer.

Le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) Roberto Azevedo s'est dit sur les réseaux sociaux «encouragé» par la déclaration commune des deux dirigeants. Il a salué leur engagement à oeuvrer conjointement.

Ce type de dialogue est le meilleur moyen «pour résoudre les tensions actuelles», affirme-t-il. Mercredi devant la presse à Genève, il avait appelé les Etats membres à discuter. La solution à la guerre commerciale est «politique», avait dit le directeur général.

Lors du Conseil général, l'organe le plus élevé de l'OMC, la Chine a affirmé jeudi à Genève que les discussions sur les divisions et sur une réforme de l'institution devaient avoir lieu dans le cadre de l'organisation. Le ton dans les interventions a été «plus bas» que lors des précédentes réunions de cette instance, a dit devant la presse le porte-parole de l'OMC Keith Rockwell. La plupart des pays ont trouvé la discussion «constructive», selon lui.

Scepticisme à Paris

En revanche, la France se montrait plus sceptique. Tout en jugeant «utiles» les discussions entre Donald Trump et Jean-Claude Juncker, Emmanuel Macron a indiqué ne pas «être favorable» à la négociation d'un «vaste accord commercial» entre l'UE et les Etats-Unis.

«Une bonne discussion commerciale (...) ne peut se faire que sur des bases équilibrées, réciproques et en aucun cas sous la menace», a-t-il expliqué.

Le président français a réaffirmé son opposition à inclure l'agriculture dans un accord avec Washington. «Je considère qu'aucun standard européen ne doit être supprimé ou abaissé en matière environnementale, sanitaire ou alimentaire par exemple», a-t-il ajouté.

«Il faut aussi des gestes clairs des Etats-Unis, des signaux de désescalade sur l'acier et l'aluminium auxquels des taxes illégales ont été appliquées. C'est pour moi un préalable à toute avancée concrète», a-t-il souligné.

Et à Berlin

Les sociaux-démocrates allemands ne sont pas convaincus non plus. La position de négociation de l'UE face à Washington est «affaiblie», a déploré l'eurodéputé SPD Bernd Lange, président de la commission chargée du commerce international au Parlement européen, dans un entretien à l'AFP.

Donald Trump n'a ni retiré ses tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium, ni sa menace sur les importations de voitures automobiles, a souligné M. Lange, jugeant que le risque de guerre commerciale demeurait dans les discussions à venir.

(nxp/afp)