Ministre allemand

23 février 2011 17:19; Act: 23.02.2011 17:35 Print

Accusé de plagiat et plus populaire que jamais

Accusé de plagiat, le ministre allemand de la Défense Karl-Theodor zu Guttenberg voit sa côte de popularité augmenter, relève un sondage rendu public mercredi.

storybild

Le ministre allemand de la Défense n'est pas boudé par les citoyens, malgré les accusations qui pèsent sur lui. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le baron zu Guttenberg, 39 ans, le plus populaire des ministres de la chancelière Angela Merkel, obtient un indice de satisfaction de 73%, selon un sondage réalisé mardi pour la chaîne de télévision publique ARD.

Ce sondage lui donne cinq points de plus qu'il y a trois semaines, avant que la presse ne commence à l'accuser d'avoir recopié dans sa thèse de doctorat en droit des passages entiers sans citer leurs auteurs. Cela lui a valu au moins deux plaintes en justice et le surnom de «Baron copier-coller» ou «Baron von Googleberg».

Accusations rejetées

Mercredi, M. zu Guttenberg a répondu pendant plus d'une heure aux questions des députés du Bundestag (chambre basse du parlement), reconnaissant à nouveau avoir fait des «fautes graves» dans la rédaction de sa thèse, mais rejetant les accusations de plagiat.

«Dans toutes mes déclarations j'ai clairement fait valoir que je ne me suis trompé ni consciemment, ni intentionnellement», a déclaré M. zu Guttenberg au parlement.

Le ministre a écrit lundi à l'université de Bayreuth (Bavière, sud) pour demander l'annulation de son titre de docteur, obtenu en 2007.

Malgré les vives critiques de l'opposition qui l'accuse d'être «un menteur et un imposteur», M. zu Guttenberg a obtenu à plusieurs reprises le plein soutien de la chancelière Merkel.

Ministre, pas docteur

«J'ai demandé à M. zu Guttenberg de devenir ministre de la Défense, je ne lui ai pas demandé d'être assistant en sciences ou docteur», avait-elle déclaré lundi.

«Ce qui m'importe, c'est son travail en tant que ministre de la Défense. Et il s'acquitte de ses fonctions à la perfection. C'est ce qui compte pour moi», a insisté Mme Merkel, elle-même docteur en physique.

(afp)