Egypte

22 septembre 2019 01:28; Act: 22.09.2019 01:32 Print

Affrontements à Suez pendant une manif'

Une nouvelle manifestation anti-Sissi s'est soldée par des heurts samedi soir dans la ville de Suez, en Egypte.

storybild

Manifestation anti-Sissi au Caire le 20 septembre 2019. (Photo: AFP)

Une faute?

Des affrontements ont éclaté samedi soir à Suez, dans le nord-est de l'Egypte, entre les forces de l'ordre et des centaines de manifestants exigeant le départ du président Abdel Fattah al-Sisi. Pour la deuxième nuit consécutive, des protestataires sont descendus dans les rues de cette ville.

Ils se sont retrouvés face à de nombreux policiers antiémeutes, appuyés par des blindés. «Il y avait environ 200 personnes», a raconté un manifestant de 26 ans interrogé par l'AFP. Les forces de sécurité «ont tiré des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des balles réelles. Il y a des blessés», a poursuivi ce manifestant qui a requis l'anonymat.

Une autre habitante de Suez interrogée par l'AFP a fait état d'un nuage de gaz lacrymogène si vaste qu'il atteignait son immeuble, situé à quelques kilomètres des incidents. Une source des forces de sécurité a confirmé la présence de plusieurs dizaines de manifestants à Suez, mais n'a fourni aucun détail sur la réaction des autorités.

Répression sans merci

Les manifestations contre le régime sont très rares en Egypte, où règne l'état d'urgence et où les mouvements de contestation sont interdits depuis la destitution en 2013 du président islamiste Mohamed Morsi par l'armée.

Des appels à manifester ont été lancés ces derniers jours sur les réseaux sociaux, émanant notamment d'un homme d'affaires en exil, Mohamed Aly, qui a appelé samedi à une «marche du million» pour le 27 septembre.

Le régime égyptien mène une répression sans merci contre l'opposition, emprisonnant des milliers d'islamistes, de militants ou encore de blogueurs. Au moins 74 personnes ont été arrêtées dans la nuit de vendredi à samedi, a indiqué à l'AFP une source au sein des services de sécurité, alors que des policiers en civil patrouillaient dans les ruelles du centre du Caire.

(nxp/ats)