Environnement

05 juillet 2019 22:58; Act: 05.07.2019 23:01 Print

Antibiotiques, additifs et pesticides détectés en mer

Jusqu'alors relevés à proximité des côtes, certains produits issus de l'activité humaine ont été retrouvés pour la première fois en pleine mer.

storybild

Des antibiotiques, herbicides, hydrocarbures ou additifs alimentaires ont été retrouvés en mer Baltique et mer de Norvège, mais aussi en Mer du Nord. (Photo: AFP)

Une faute?

Certains antibiotiques, additifs alimentaires ou pesticides ont été détectés pour la première fois en mer, après avoir été transportés parfois sur de longues distances. Telles sont les conclusions des travaux de chercheurs réunis autour du programme européen Jerico-Next, coordonné par l'Ifremer.

«C'est assez nouveau»

«C'est la première fois qu'on montre que l'activité humaine se retrouve dans les eaux côtières, mais aussi plus au large», a déclaré Laurent Delauney, l'un des coordinateurs du programme, au terme de la réunion finale du projet vendredi à Brest (Bretagne, ouest de la France).

Certains antibiotiques, herbicides, hydrocarbures ou additifs alimentaires, comme de l'édulcorant, provenant de boissons allégées en sucre notamment, ont été retrouvés en mer Baltique et mer de Norvège, mais aussi en Mer du Nord, selon une étude menée dans le cadre du projet Jerico-Next par l'Institut norvégien pour la recherche sur l'eau (Niva).

«On peut trouver ce type de produits dans des estuaires, des embouchures de fleuves ou des rivières, mais aussi loin des côtes c'est assez nouveau», a expliqué Ingrid Puillat, coordinatrice scientifique du projet, soulignant en outre l'intérêt de disposer désormais d'une cartographie à l'échelle européenne de la présence en mer de ces produits.

Cette découverte a été rendue possible par la mise en place d'outils de mesure beaucoup plus précis que ceux existants jusqu'à présent pour surveiller les eaux côtières, objet même au départ du programme Jerico-Next. «A la base, il s'agissait de développer un système d'observation des eaux côtières harmonisé et performant, mais pour le mettre en application des cas scientifiques ont été étudiés», a expliqué M. Delauney, ingénieur à l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer).

De la taille d'une armoire électrique

Ainsi, de nouveaux capteurs ont été développés puis placés sur des bouées d'observation ou des navires et notamment des ferries. C'est ce qui a permis d'avoir des mesures sur un même trajet, plusieurs fois par semaine ou même par jour.

Les navires de la compagnie Brittany ferries ont notamment été équipés de ces capteurs, de la taille d'une armoire électrique. Installés à l'intérieur du navire, ils ont permis de collecter de l'eau de mer, analysée ensuite selon différentes méthodes. Débuté en 2011 et réunissant une trentaine de partenaires issus de 15 pays européens, la série de programmes Jerico s'est également penchée sur le cycle du carbone dans les eaux côtières ou la prolifération des microalgues ou du phytoplancton.

Le programme devrait se poursuivre par un troisième volet afin notamment de développer un portail internet unique à l'échelle européenne, où seraient mises à disposition les données côtières produites par l'ensemble des partenaires du réseau d'observation.

(nxp/ats)