Ouganda

04 juillet 2014 12:01; Act: 04.07.2014 16:07 Print

Armé, un Suisse menace un haut fonctionnaire

Un ressortissant suisse aurait été arrêté lundi en Ouganda, en Afrique de l'Est, pour avoir menacé avec une arme à feu un employé du gouvernement.

storybild

Ulrich M. fait construire une maison à Kampala depuis plusieurs mois. (Photo: Capture d'écran YouTube)

Une faute?

Ulrich M.*, un Suisse qui affirme passer ses vacances en Ouganda, a pété les plombs, lundi, alors qu'il circulait sur une route de Kampala, la capitale du pays. Selon divers médias locaux, cet homme de 63 ans aurait pointé un pistolet sur la tête d'un autre automobiliste, qui s'avère être un haut fonctionnaire travaillant pour le compte du Premier ministre, Amama Mbabazi, parce qu'il refusait de s'écarter de la route pour lui faire de la place.

«Il m'a demandé de faire demi-tour. Lorsque je lui ai dit que je ne pouvais pas le faire, il m'a dit qu'il allait me l'apprendre», a raconté Robert Muchunguzi à NTV Uganda. «Je l'ai supplié de ne pas me tuer, ensuite il s'en est allé», continue-t-il. Le Suisse a pu être arrêté par la suite. Selon le quotidien «New Vision», le sexagénaire a affirmé à la police qu'il était en Ouganda depuis deux semaines en tant que touriste. Mais des vérifications ont révélé qu'il fait construire une maison à Bukasa, une banlieue de Kampala, depuis plusieurs mois, selon le porte-parole de la police locale, Patrick Onvango.

«J'étais énervé»

Les forces de l'ordre ont retrouvé chez lui le pistolet avec lequel il a agressé le haut fonctionnaire ainsi que 30 balles. Le Suisse possède cette arme de manière illégale. Comme elle ne contient aucun numéro de série, il est très difficile de savoir d'où elle vient. «L'accusé prétend que l'arme vient de Suisse. C'est improbable, parce qu'il n'est pas possible de passer les contrôles de sécurité de l'aéroport avec un pistolet», affirme Patrick Onvango. La police ougandaise a ouvert une enquête afin de déterminer d'où vient Ulrich M. et quelles sont ses intentions dans le pays. Les forces de l'ordre essaient également de connaître l'origine de l'arme. Dans un premier temps, le Suisse devra répondre de possession d'arme illégale et de menaces.

Dans une interview accordée à la télévision locale, Ulrich M. dit regretter ce qui s'est passé. Il affirme notamment qu'il était pressé et qu'il voulait éviter les bouchons à tout prix: «Je ne voulais blesser personne. J'étais énervé. L'arme n'était pas chargée.»

Contacté, le Département fédéral des affaires étrangères confirme l’arrestation d’un ressortissant suisse en Ouganda: «La représentation suisse à Kampala est en étroit contact avec les autorités locales et assiste ce compatriote dans le cadre de la protection consulaire. Pour des raisons de protection des données et des personnes, nous ne pouvons donner davantage d’informations».

* Nom connu de la rédaction

(vro/saw/ofu)