WikiLeaks

12 avril 2019 14:17; Act: 12.04.2019 18:52 Print

Julian Assange «lutte» contre son extradition

Le fondateur de WikiLeaks a été reconnu coupable de soustraction à la justice par un tribunal londonien. Sa peine sera prononcée à une date qui n'a pas été communiquée.

Sur ce sujet
Une faute?

C'est le début d'un long «combat» judiciaire pour le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, qui vient de passer sa première nuit en détention et risque d'être extradé vers les Etats-Unis. Ceux-ci le considèrent comme une menace pour leur sécurité et veulent le juger.

L'Australien de 47 ans est détenu à la prison de Belmarsh, dans le sud-est de Londres, a révélé à l'AFP vendredi une source judiciaire proche du dossier. La presse britannique évoquait vendredi matin le centre pénitencier de Wandsworth, au sud-ouest de la capitale.

Belmarsh est un établissement de haute sécurité pouvant accueillir 910 prisonniers, dont des détenus suscitant un fort intérêt médiatique, selon un rapport d'inspection de 2018. Des agents consulaires australiens vont demander à lui rendre visite au plus vite, a annoncé jeudi la ministre australienne des Affaires étrangères Marise Payne, tout en se disant «persuadée» qu'il serait «traité de manière équitable».

Réfugié depuis sept ans

Arrêté jeudi matin et extirpé de force par la police de l'ambassade d'Equateur où il avait trouvé refuge il y a sept ans pour échapper à un mandat d'arrêt britannique pour des accusations de viol et d'agression sexuelle en Suède qu'il a toujours niées, Julian Assange a été présenté dans l'après-midi même au tribunal londonien de Westminster.

Un juge l'y a reconnu coupable de soustraction à la justice, un délit passable d'un an de prison. Sa peine sera prononcée à une date qui n'a pas été communiquée.

«Je vous l'avais dit»

Outre le mandat d'arrêt britannique, Assange fait face à une demande d'extradition américaine pour «piratage informatique». «Vous pourriez consentir à la demande», lui a dit le juge Michael Snow lors de sa comparution. Avant de lui exposer de manière étonnamment ironique l'«inconvénient» et l'«avantage» d'un tel choix: pas de possibilité de faire appel mais celle d'aller «plus vite aux Etats-Unis» et de «reprendre le cours de (sa) vie».

Dans le box des accusés, Julian Assange, vêtu d'une veste noire, cheveux blancs rassemblés dans une queue de cheval et longue barbe blanche, a refusé. La demande américaine sera donc examinée au cours d'une audience le 2 mai.

Son avocate Jennifer Robinson a annoncé qu'il allait «contester et combattre» cette demande d'extradition qu'il craignait, et avait invoquée comme motif de sa réclusion volontaire dans la représentation diplomatique équatorienne. «Il a dit 'Je vous l'avais dit'», a ajouté Mme Robinson, s'adressant aux journalistes devant le tribunal jeudi, avant de dénoncer une arrestation, autorisée par Quito, qui «crée un dangereux précédent pour les organes de presse et les journalistes» dans le monde.

Cinq ans de prison encourus aux USA

Accusé d'avoir aidé l'ex-analyste du renseignement américain Chelsea Manning à obtenir un mot de passe pour accéder à des milliers de documents classés secret-défense, Julian Assange encourt jusqu'à cinq années de prison aux Etats-Unis selon le ministère américain de la Justice Mais «il n'y a aucune garantie qu'il n'y aura pas d'accusation supplémentaire (une fois) sur le sol américain», a averti le rédacteur en chef de Wikileaks, Kristin Hrafnsson, appelant le gouvernement britannique à s'opposer à la demande d'extradition.

De son côté, le vice-président américain Mike Pence a assuré vendredi que les réactions enthousiastes de Donald Trump durant la campagne présidentielle aux informations de WikiLeaks concernant Hillary Clinton n'étaient en aucun cas une marque de soutien à l'organisation.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Candide le 12.04.2019 16:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Assange

    Honte au Royaume uni s'il extrade M. Assange. Quand on sait pourquoi les USA, maîtres du monde, veulent l'avoir, il y'a de quoi avoir peur.

  • Raoul le 12.04.2019 15:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On peut rêver...

    On attend que notre gouvernement lui offre l'asile...

  • brAno le 12.04.2019 15:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    de quel droit!?!

    inacceptable de faire une chose pareille devant nos yeux et les caméras du monde entier ! de quel droit on peut parler désormais?

Les derniers commentaires

  • jlc le 13.04.2019 23:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on va voir.. c'est l'occasion...

    Regardons bien le traitement médiatique et faisons-nous une bonne idée des allégeances en présence chez nos élites... Oui, étudions leurs réactions ! C'est un bon exercices de complotisme inversé...

  • Dos le 13.04.2019 08:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Free Assange

    Viens en Suisse, au moins ce sera un réfugié politique intéressant !

    • Raymond. le 14.04.2019 10:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Dos

      Merci, on a déjà assez de m.... chez nous, sans lui. Il a des copains aux USA qui veulent l'inviter, donc laissons lui cette priorité.

  • Bernard Gorgerat le 12.04.2019 21:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut savoir le fermer.

    Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire !

    • Asavouar le 13.04.2019 09:02 Report dénoncer ce commentaire

      ....

      Vieille rengaines des gens qui ont peur. Avec cette façon de voir, on accepte tout.

  • Etienne le 12.04.2019 19:17 Report dénoncer ce commentaire

    Au moins...

    toute cette polémique autour de Assange devrait prouver aux plus sceptiques (on peut tjrs rêver...) que tout ce qu'il a dénoncé est vrai,en tout cas en majeure partie. Car si ceux que Assange et WikiLeaks ont pointé du doigt n'avaient rien à se reprocher,ils n'avaient qu'à l'ignorer...

    • Ronald le 14.04.2019 11:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Etienne

      Votre jugement est un peu simpliste vous ne croyez pas..? Aimeriez vous peut être que n'importe qui parle de vous, de vos affaires, de vos familles, etc...etc... et dites moi, que vous allez restez les bras croisés a ne rien faire ni dire... Allez dire cela à la famille dont la fille ou la femme a été violée, et qui n'aura pas donné lieu a un jugement, grâce à la lacheté et l'hypocrisie de ce fouteur de M.... ! A votre avis, vu que vous avez pris si généreusement sa protection, si ces propos étaient si véridiques, pourquoi est il allé chercher refuge jusque dans une ambassade... A votre avis.? Votre protégé, n'est de loin pas aussi blanc ou transparent qu'il cherche a faire croire... Invitez le et protégéz le chez vous, et sous peu, il vous en mettra plein les mains... ce jour là vous aurez peut être compris comment est le type.

  • Science Fiction le 12.04.2019 17:26 Report dénoncer ce commentaire

    Oh que cela sent mauvais ...

    On se croirait dans un mauvais roman d'espionnage à l'époque de la guere froide, avec les Etats-Unis qui complotent au plus haut niveau pour que certains pays "amis" mais pauvres leur livrent les "méchants" qui en fait ne sont pas si méchants que ça. La réalité dépasse toujours la fiction!