Accident de Bus en Italie

21 janvier 2017 15:45; Act: 21.01.2017 15:50 Print

Assis à l'arrière, ils se sont sauvés en brisant les vitres

Au moins seize personnes, pour la plupart des adolescents hongrois revenant d'un séjour en montagne en France, ont été tuées près de Vérone (nord-est de l'Italie) dans l'accident d'un car, qui a pris feu après avoir heurté une pile de pont.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Pour le moment, il y a 16 morts», a affirmé samedi matin devant la presse Girolamo Lacquaniti, chef de la police routière à Vérone. Et ce bilan aurait pu être encore plus dramatique s'il n'y avait eu le courage d'un des professeurs accompagnant ces adolescents. «Un professeur d'éducation physique a sauvé beaucoup de jeunes. Il est retourné plusieurs fois vers le bus pour sauver des gens, en les aidant à sauter des fenêtres. Il a subi ainsi des blessures très graves, notamment une lésion au dos», a ainsi raconté Judit Timaffy, consule de Hongrie à Milan.

Il y avait 56 personnes à bord, dont deux chauffeurs et un groupe d'adolescents hongrois âgés de 14 à 16 ans, accompagnés de quelques parents et professeurs, qui rentraient en Hongrie après un voyage scolaire en montagne en France. L'accident a soulevé une profonde émotion en Hongrie, ces adolescents étant tous élèves d'un lycée classique réputé à Budapest.

«Ce sont des enfants, c'est le plus dur, tout le monde pense aux siens. Mais naturellement le gouvernement hongrois fait et fera tout le nécessaire pour apaiser la douleur des familles», a déclaré à la télévision le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, en ravalant ses larmes. Selon le gouvernement hongrois, un passager a été grièvement blessé et placé en coma artificiel. L'accident a en outre fait deux blessés très graves, 10 blessés graves, 13 blessés légers et 12 passagers en bonne santé, soutenus par un psychologue dans un hôtel.

Scène «impressionnante et dévastatrice»

Le drame a eu lieu vers 23H00 (22H00 GMT) vendredi soir, à une sortie de l'autoroute à San Martino Buon Albergo, près de Vérone. Certaines des victimes sont mortes éjectées au moment de l'impact, mais la plupart ont été retrouvées carbonisées.
Les larmes aux yeux, M. Lacquaniti a raconté une scène «impressionnante et dévastatrice». «Je peux témoigner que toute la nuit, nous avons travaillé, soit comme policier pour reconstruire une tragédie, soit comme père de famille pour aider des jeunes de 15-16 ans, dont certains étaient pieds nus», a-t-il déclaré. «Il n'y a aucun état de service qui peut préparer à des événements de ce type», a-t-il assuré, ajoutant que certains jeunes avaient refusé de quitter leurs amis. «Ceux qui étaient assis à l'arrière du bus se sont sauvés en brisant les vitres, dans les cris et la panique», a raconté de son côté Judit Timaffy.

Une fois l'incendie éteint, les secouristes et la police scientifique ont dû attendre l'autorisation d'un juge pour examiner la carcasse du car et fouiller toute la nuit pour établir un bilan exact du nombre de victimes. «La perte de nos enfants, de vies jeunes, est le plus grand drame de toutes familles, communautés ou nations (...) En ce temps de deuil, je suis, par la prière, au côté des familles et des proches touchés par cette tragédie», a annoncé le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, dans une déclaration transmise par l'agence hongroise MTI.

Causes à déterminer

L'enquête doit déterminer les causes de cet accident, mais selon le chef de la police routière, «il n'y a pas eu d'autres véhicules qui sont entrés en collision avec le car». «Les raisons peuvent aller de la condition du chauffeur à un problème mécanique, ou d'autres événements que nous sommes en train d'évaluer», a-t-il ajouté.
«Le bus allait à une vitesse assez soutenue et nous n'avons pas vu de traces de freinage», avait-il auparavant affirmé sur une radio italienne. Et le feu a pris «quelques instants après l'impact». La pile de pont contre laquelle s'est encastré le car portait encore samedi matin les traces de l'incendie violent du véhicule, a constaté l'AFP.

Le bus accidenté a été transporté sur un parking d'une société d'autoroute à Vérone. Mis sous séquestre par la magistrature italienne, il est complètement recouvert de deux grandes bâches.

(20 minutes/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • C. Dupraz le 21.01.2017 16:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Horreur

    Courage aux pompiers qui ont dû sortir les corps carbonisés et triste pensée aux proches et amis des victimes.

  • Lucette le 21.01.2017 15:50 Report dénoncer ce commentaire

    Tristesse

    Triste

  • Camaro_Corsica le 21.01.2017 16:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nooooon...

    Et une nouvelle tragédie mettant en cause un bus et ayant principalement des enfants comme victimes, quelle horreur, et la, tout comme l'accident du car Belge dans un tunnel Suisse, quelques intelligents vont trouver le moyen de demander ce que faisait une pile de Pint sur une autoroute, tout comme de nombreux Français demandaient ce que faisait un parking au milieu d'un tunnel pour l'accident Suisse alors que c'était une voie de dégagement... Bref, toutes mes pensées aux familles des victimes qui une fois encore vivent ce qu'il y a de pire pour un humain, la perte d'un enfant...

Les derniers commentaires

  • A.Magyar le 22.01.2017 11:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    m.me

    C'est horrible,tous mes pensées vont au familles ayant perdu quelqu'un...

  • P. Arpidone le 22.01.2017 09:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    technologies en recul

    Dans les années 80 les cars ne brûlaient pas si souvent, de nos jours la sécurité de ces véhicules laisse à désirer. Les constructeurs doivent réagir au plus vite .

  • Dann le 22.01.2017 07:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Écoeurant...

    Quand on voit le nombre de cars venant des pays de l'Est qui sont contrôlés et interdits de reprendre la route, ça peut apporter peut-être une indication à ce drame inacceptable. Le sommeil peut aussi avoir joué un rôle. Certains de ces véhicules d'un autre âge ont été éradiqués depuis des années de nos routes. Pensée à toutes ces personnes endeuillées par le destin ou par la négligence.

  • Pinponlambulance le 21.01.2017 23:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des blessures très graves ???

    Lignes 20-23 : le professeur de physique a subi de graves lésions au dos. Alors je suis née avec des lésions graves c'est cela ? Je souffre moi aussi tous les jours de douleurs au dos mais s'il vous plaît chers médecins... Tant qu'on est pas en chaise roulante ce n'est pas des lésions graves, par contres une moindre lésion peut être très douloureuse oui, parce que le dos est bourré de nerfs. Merci au revoir.

  • rose le 21.01.2017 22:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tritesse

    Ça me rappelle un drame en Valais. Quelle tristesse. Pourquoi autant de malheur. Condoléances aux familles.