Attaque de drone au Yémen

11 janvier 2019 09:55; Act: 11.01.2019 10:55 Print

L'ONU craint une escalade et appelle à la retenue

Les rebelles Houthis ont fait exploser jeudi un drone au-dessus d'une base tuant six militaires. L'ONU demande à éviter toute escalade.

Sur ce sujet
Une faute?

Le médiateur de l'ONU pour le Yémen s'est dit inquiet par l'escalade de la violence après une attaque de drone revendiquée par les rebelles Houthis et a appelé les belligérants à la «retenue» pour maintenir «la dynamique positive» des récents pourparlers.

Dans des tweets postés dans la nuit de jeudi à vendredi, le Britannique Martin Griffiths a «exhorté toutes les parties au conflit à exercer de la retenue et à éviter toute escalade supplémentaire».

Il a appelé les belligérants à «créer une atmosphère propice pour maintenir la dynamique positive générée par les consultations en Suède et la reprise du processus de paix yéménite».

Contre une base de l'armée loyaliste

Jeudi, les rebelles Houthis ont lancé une attaque de drone dans le sud du pays contre une grande base de l'armée loyaliste.

Annoncée par les médias des insurgés, l'attaque a fait six morts parmi des militaires et a blessé 12 autres personnes, dont des officiers et des responsables provinciaux, selon des sources hospitalières.

La guerre au Yémen oppose des rebelles, les Houthis, issus d'une minorité et soutenus par l'Iran aux forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi qui sont elles appuyées militairement par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

Les Emirats arabes unis ont vivement réagi à l'attaque de drone, affirmant par la voix de leur ministre d'Etat aux Affaires étrangères Anwar Gargash qu'elle «dit tout ce que vous devez savoir sur les Houthis».

«Les négociations de paix ne sont, pour eux, qu'une tactique, pas un engagement», a dit M. Gargash dans un tweet en dénonçant «464 violations du cessez-le-feu» depuis la série d'accords conclus en Suède il y a près d'un mois.

La guerre au Yémen a fait quelque 10000 morts et provoqué la pire crise humanitaire du monde, selon l'ONU. Des ONG estiment que le bilan des victimes est largement supérieur.

(nxp/afp)