Attentat en Russie

08 février 2011 07:08; Act: 08.02.2011 07:19 Print

Attaque revendiquée par un Tchétchène

Un chef d'un groupe rebelle a revendiqué l'attentat qui a touché l'aéroport de Moscou, en Russie.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le chef du groupe rebelle islamiste l'«Emirat du Caucase», le Tchétchène Dokou Oumarov, a revendiqué lundi soir l'attentat suicide de l'aéroport Moscou-Domodedovo qui a fait 36 morts le 24 janvier. Il s'est exprimé dans une vidéo diffusée sur le site Kavkazcenter.com.

«Cette opération spéciale (à l'aéroport le 24 janvier) a été effectuée sur mon ordre», a-t-il déclaré dans cette vidéo, où il menace de procéder à d'autres attaques. Samedi, Dokou Oumarov avait déjà promis de faire de 2011 une année «de sang et de larmes» pour la Russie, dans une autre vidéo diffusée sur internet.

Dans la dernière vidéo, réalisée, selon lui, le jour de l'attentat à l'aéroport, le 24 janvier, Dokou Oumarov précise avoir agi au nom d'Allah et dans le but de créer un Etat islamiste libre dans le Caucase du Nord. L'opération est une réponse aux crimes de la Russie dans le Caucase, ajoute-t-il dans cette vidéo, où il apparaît seul en tenue camouflage.

Il s'agit du deuxième attentat perpétré dans la capitale moscovite en moins d'un an. En mars 2010, un double attentat suicide dans le métro de Moscou avait déjà fait 40 morts.

«Vengeance»

Et Dokou Oumarov, alias Abou Oussman, avait également revendiqué ces attentats meurtriers. Il avait indiqué qu'il s'agissait d'un acte de «vengeance» des opérations des forces russes dans le Caucase, dans une autre vidéo diffusée sur le même site.

Concernant l'attaque à l'aéroport de Domodedovo, le comité d'enquête russe a jusqu'à présent indiqué que le kamikaze, responsable de l'attentat suicide, était un homme de 20 ans originaire du Caucase du Nord, région du sud de la Russie en proie à une rébellion islamiste.

Dimanche, la police russe a lancé un avis de recherche contre deux hommes qui seraient impliqués dans l'attentat à l'aéroport. Ils sont originaires d'Ingouchie, comme le kamikaze présumé, selon une source policière.

Après la première guerre de Tchétchénie (1994-1996) entre forces russes et indépendantistes, la rébellion s'est progressivement islamisée. Elle a de plus en plus débordé les frontières tchétchènes pour se transformer au milieu des années 2000 en un mouvement islamiste armé actif dans tout le Caucase du Nord.

Héritier de Bassaïev

L'»Emirat du Caucase», en plus des attaques à l'aéroport de Moscou-Domodedovo et dans le métro moscovite en mars, a revendiqué l'attentat de novembre 2009 contre un train de passagers reliant Moscou à Saint-Pétersbourg (28 morts) et un autre à la voiture piégée en septembre 2010 sur un marché de Vladikavkaz en Ossétie du Nord (17 morts).

L'»Emirat du Caucase» est une guérilla islamiste née sur les cendres du mouvement séparatiste tchétchène, vaincu par les forces russes. Elle veut rassembler les différents factions rebelles actives dans les républiques du Caucase russe (Tchétchénie, Ingouchie, Daguestan, Kabardino-Balkarie, Karatchaïevo-Tcherkessie, district de Stavropol et Ossétie du Nord) qui agissent cependant avec une large autonomie.

Ce mouvement est considéré par les observateurs comme l'héritier de la stratégie du défunt chef de guerre Chamil Bassaïev. Ce dernier est responsable des attaques les plus sanglantes de la guérilla, comme la prise d'otages de l'école de Beslan (septembre 2005) qui avait été dénoncée par les indépendantistes.


La vidéo de l'attaque:

(ats)