France

29 juillet 2016 19:51; Act: 30.07.2016 01:26 Print

Attentat près de Rouen: un homme mis en examen

Une vidéo d'un des tueurs a été retrouvée chez l'individu. Il avait été interpellé la veille de l'attaque.

Voir le diaporama en grand »
L'archevêque de Rouen, Dominique Lebrun a donné une conférence de presse ce dimanche 2 octobre, avant la réouverture de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray. L'église de Saint-Etienne-Du-Rouvray ouvrira à nouveau ses portes ce dimanche 2 octobre 2016. Seules 200 personnes accréditées pourront entrer dans l'établissement. (30 septembre 2016) Les assassins du père Jacques Hamel à l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray (F), fin juillet, étaient en contact avec un Roannais de 29 ans, établi en zone irako-syrienne, selon L'Express. Ce dernier semble avoir «piloté» leur action. (Jeudi 18 août 2016) Un homme de 21 ans, arrêté à Toulouse, a été écroué. (Vendredi 12 août 2016) L'archevêque de Rouen, Dominique Lebrun a salué la présence de fidèles des communautés juive et musulmane, «très marquées et déjà décidées à s'unir pour plus jamais ça». (Mardi 2 août 2016) Le ministère de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve en discussion avec le maire de Saint-Etienne-du-Rouvray, Hubert Wulfranc. (Mardi 2 août 2016) Quelque 2000 personnes se sont réunies dans la cathédrale de Rouen. (Mardi 2 août 2016) Le cercueil, porté par quatre personnes, fait son entrée dans l'édifice. (Mardi 2 août 2016) Des forces de l'ordre patrouillent devant la cathédrale de Rouen. (Mardi 2 août 2016) Les obsèques du prêtre tué par deux jeunes, le 26 juillet, se sont déroulées en la cathédrale de Rouen. (Mardi 2 août 2016) (Mardi 2 août 2016) Le cercueil du prêtre Jacques Hamel arrive à la cathédrale de Rouen. (Mardi 2 août 2016) Près de 2000 personnes sont attendues mardi 2 août aux obsèques du prêtre assassiné à Saint-Etienne-du-Rouvray. Elles seront célébrées dans la cathédrale de Rouen. (Image prétexte). Cinq jours après l'assassinat d'un prêtre qui a bouleversé la France, de nombreux musulmans ont manifesté dimanche 31 juillet leur horreur du jihadisme, présents aux messes aux côtés des catholiques ou par des tribunes dans les médias. Le cousin d'Abdel M. P., l'un des deux auteurs de l'attaque djihadiste, a été déféré dimanche en vue de sa mise en examen. (Dimanche 31 juillet 2016) Des dizaines de fidèles musulmans ont franchi les portes des églises pour prier avec les catholiques à la mémoire du père Jacques Hamel, comme ici à Rouen. (Dimanche 31 juillet 2016) Des dizaines de fidèles musulmans ont franchi les portes des églises pour prier avec les catholiques à la mémoire du père Jacques Hamel, comme ici à Saint-Leu. (Dimanche 31 juillet 2016) Des dizaines de fidèles musulmans ont franchi les portes des églises pour prier avec les catholiques à la mémoire du père Jacques Hamel, comme ici à Nice. (Dimanche 31 juillet 2016) Gestes de solidarité et de fraternité, samedi, dans l'église même où s'est produit l'attentat, à Saint-Etienne-du-Rouvray. (30 juillet 2016) Des manifestations ont réuni chrétiens et musulmans dans plusieurs villes de France. (Samedi 30 juillet 2016) Des manifestations ont réuni chrétiens et musulmans dans plusieurs villes de France. (Samedi 30 juillet 2016) Hommage au Père Hamel dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray. (Vendredi 29 juillet 2016) Un dialogue surréaliste s'est engagé dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, après l'assassinat du prêtre, entre les djihadistes et les deux religieuses retenues à l'intérieur de l'édifice, selon un témoignage des nones. (Samedi 29 juillet 2016) Les fidèles ont tenu à partager un moment de fraternité en se rendant successivement à l'église Sainte-Thérèse et à la mosquée Yahia vendredi 29 juillet 2016. La sécurité est maximale alors qu'un hommage solennel est rendu au père Hamel. (Jeudi 28 juillet 2016) Saint-Etienne-du-Rouvray rend un hommage solennel à son prêtre assassiné. (Jeudi 28 juillet 2016) Les obsèques du Père Hamel doivent avoir lieu mardi 2 août. (Jeudi 28 juillet 2016) Le second tueur de l'attaque djihadiste de mardi dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray a été «formellement identifié». Il était fiché «S». (28 juillet 2016) Le deuxième tueur a été identifié jeudi. Les représentants des cultes en France ont demandé mercredi à François Hollande que les lieux de culte fassent l'objet d'une plus grande attention de la part des autorités en matière de sécurité. De Gauche à droite: Rabbi Haim Korsia, Grand Rabbin de France / Joel Mergui, président du consistoire central israélite de France /Olivier Reigen Wang-Genh, président de l'union bouddhiste de France / Francois Clavairoly ,président de la fédération des pasteurs en France / Dalil Boubakeur,'Récteur de la Grand Mosquée de Paris / Grigorios Ioannidis General Vicar de l'église orthodoxe / le cardinal français, Andre Vingt-Trois et Ahmet Ogras, vice-présidents du Conseil français du culte musulman. L'un des deux assaillants a été formellement identifié. Deux fois, il a essayé de se rendre en Syrie en 2015. Placé en détention provisoire, il avait été libéré sous la «surveillance» d'un bracelet électronique. (photo prétexte) La police a procédé à deux perquisitions et à une interpellation à Saint-Etienne-du-Rouvray. (mardi 26 juillet 2016) Soeur Danièle était dans l'église au moment où les assaillants ont fait irruption. France 2 a recueilli son témoignage. Elle raconte qu'ils ont forcé le prêtre à s'agenouiller et qu'ils ont crié: «Vous les chrétiens, vous nous supprimez». (mardi 26 juillet 2016) Une photo non-datée de la victime de cette attaque, le prêtre Jacques Hamel. Le père Hamel a été tué en célébrant une messe matinale, à laquelle assistaient trois religieuses et un couple de paroissiens, dont le mari a été grièvement blessé à la poitrine. «Ce sont les catholiques qui ont été frappés, mais ce sont tous les Français qui sont concernés», a déclaré le président François Hollande. (mardi 26 juillet 2016) Venu rapidement sur place, il a appelé le pays à la «cohésion» et à faire «un bloc que personne ne doit pouvoir fissurer».(mardi 26 juillet 2016) François Hollande à Saint-Étienne-du Rouvray. (mardi 26 juillet 2016) Le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a appelé les Français à rester «unis» mardi après la prise d'otages (...) qui vient s'ajouter à d'autres actes barbares» (mardi 26 juillet 2016) La police a mis tout le quartier sous haute surveillance. (Mardi 26 juillet 2016) Des opérations de déminage et de sécurisation de l'église étaient toujours en cours à la mi-journée. (Mardi 26 juillet 2016) L'attaque a eu lieu à Saint-Étienne-du Rouvray, dans la région Normandie. La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête. (Mardi 26 juillet 2016) Le président français François Hollande et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve sont arrivés sur les lieux du drame à la mi-journée. (Mardi 26 juillet 2016) Le président français François Hollande et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve sont arrivés sur les lieux du drame à la mi-journée. (Mardi 26 juillet 2016) La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête. (Mardi 26 juillet 2016) Les deux preneurs d'otages, dont les motivations sont encore inconnues, sont morts lors d'une intervention de la police. (Mardi 26 juillet 2016) Un prêtre a été tué et un ex-otage se trouve entre la vie et la mort. (Mardi 26 juillet 2016)

Sur ce sujet
Une faute?

Un homme, chez qui avait été retrouvée une vidéo d'un des auteurs de l'attaque de Saint-Etienne-du-Rouvray, a été mis en examen dans la soirée, vendredi 29 juillet.

Âgé de 19 ans, «fiché S» (signalé pour radicalisation), cet homme avait été arrêté le 25 juillet, veille de l'attentat, dans le cadre d'une enquête distincte des services de renseignement.

Une vidéo d'Abdel Malik Petitjean, où celui-ci prêtait allégeance au groupe État islamique (EI) et évoquait «une action violente», avait été retrouvée dans un téléphone à son domicile.

Trois personnes en garde à vue

Trois personnes étaient toujours en garde à vue vendredi soir dans l'enquête spécifique sur l'attentat, parmi lesquelles un mineur de 16 ans. Son frère, proche de l'autre assaillant, Adel Kermiche, est parti dans la zone irako-syrienne.

Le deuxième est un Français de 30 ans, dans l'entourage familial de Petitjean, qui réside en Meurthe-et-Moselle. Les enquêteurs cherchent à savoir «s'il aurait pu avoir connaissance d'un projet d'attentat fomenté par le tueur».

Enfin, un demandeur d'asile syrien a été interpellé dans l'Allier, alors qu'une photocopie d'un passeport syrien a été retrouvée au domicile d'Adel Kermiche. «Les enquêteurs cherchent à savoir s'il pourrait s'agir de cet homme», a expliqué une source proche de l'enquête.

Par ailleurs, une troisième enquête est en cours, dans laquelle un Français de 20 ans, fiché «S», a été interpellé. Il s'était rendu en Turquie début juin avec Petitjean avant d'être refoulé.

Le père de Petitjean se présente à la police

A Bordeaux, le père adoptif d'Abdel Malik Petitjean, second auteur identifié de l'attaque djihadiste, de Saint-Etienne-du-Rouvray, s'est présenté spontanément à la police mercredi soir et aucune charge n'a été retenue à son encontre, a-t-on appris vendredi de source policière.

Une perquisition a été menée au domicile bordelais de Franck Petitjean, son ordinateur a été saisi et examiné mais «rien de spécial» n'a été découvert et «aucune mesure coercitive n'a été menée à son encontre», a-t-on ajouté de même source.

Selon Sud Ouest, Franck Petitjean a adopté et reconnu devant l'état-civil Abdel Malik «alors que celui-ci n'avait que 5 ou 6 mois». C'est par son frère qu'il a appris que son fils était le terroriste abattu à la sortie de l'église avec Adel Kermiche.

Franck Petitjean a assuré à Sud Ouest qu'il n'avait pas vu son fils «depuis un peu plus de trois ans». «Ça m'a brisé, cela fait deux jours que je ne dors plus», a-t-il ajouté. «J'ai été surpris. Malik était adorable. Crédule. Daech (acronyme arabe de l'organisation terroriste Etat Islamique, ndlr) lui a monté la tête, retourné le cerveau. Je l'ai eu au téléphone au début du mois de juillet, il était avec son cousin à Nancy. Il m'a dit qu'il voulait venir en vacances à Bordeaux au mois d'août», le cite encore Sud Ouest.

«Il traînait avec des barbus»

Abdel Malik Petitjean, Savoyard de 19 ans, sans casier judiciaire, était connu depuis peu des services antiterroristes. Il avait été signalé par la Turquie fin juin après avoir pénétré dans le pays et une fiche «S» avait été émise à son encontre le 29 juin. Des vidéos récentes d'allégeance de Petitjean à l'EI, qui a revendiqué l'attentat, ont été retrouvées.

«Malik était quelqu'un de très gentil. Tous ses collègues de travail, ses copains, disent qu'il était poli et serviable», a encore dit Franck Petitjean. «Il était gardien de but dans l'équipe de football. Franchement, c'était un bon gamin. II voulait travailler comme commercial».

Mais, a-t-il ajouté, «il y a trois mois et demi environ mon ex-femme m'a appelé en me disant qu'elle était convoquée par l'imam d'Aix-les-Bains avec Malik. Elle m'a expliqué qu'il traînait avec des barbus. Quand j'ai voulu mettre mon fils en garde, il m'a répondu que j'étais raciste. En trois mois, ils l'ont endormi et lui ont retourné le cerveau. Dans la famille et dans son entourage personne n'a rien vu», a-t-il dit.

«Maintenant j'ai peur pour ma fille»

«Maintenant j'ai peur pour ma fille, j'ai peur qu'elle se venge car elle était très proche de son frère. Je tire la sonnette d'alarme pour la sortir de là», a ajouté Franck Petitjean.

La soeur d'Abdel Malik Petitjean et l'ami de cette dernière, interpellés mercredi, ont été relâchés jeudi soir. «Ils ont livré des indications intéressantes sur son parcours, mais aucun élément ne montre leur implication dans les faits», selon une source proche de l'enquête.

En revanche, un Français de 30 ans, également dans l'entourage familial de Petitjean et qui réside en Meurthe-et-Moselle, était toujours en garde à vue. Les enquêteurs cherchent à savoir «s'il aurait pu avoir connaissance d'un projet d'attentat fomenté par le tueur».

(nxp/ats)