Italie

11 mai 2012 13:11; Act: 11.05.2012 13:26 Print

Attentat revendiqué par des anarchistes

Une cellule de la Fédération anarchiste informelle a revendiqué vendredi l'attentat de lundi qui a blessé à une jambe le patron d'Ansaldo Nucleare, une filiale du groupe public Finmeccanica.

Une faute?

«Nous avons rendu boîteux Roberto Adinolfi, l'un des grands et si nombreux sorciers de l'atome à l'âme pure et à la conscience propre», affirme la cellule Olga de la Fédération anarchiste informelle (FAI) dans sa lettre de cinq pages postée à Gênes, le grand port ligure où M. Adinolfi a été agressé en pleine rue en sortant de son domicile.

La cellule anarchiste a affirmé vouloir par ce geste «proposer une campagne de lutte contre Finmecannica, pieuvre assassine», dans un passage de sa lettre. Le document cite également une déclaration de M. Adinolfi dans laquelle celui-ci minimise l'impact environnemental et la portée de la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon.

Déjà un attentat en décembre

La FAI, qui avait déjà revendiqué en décembre un attentat au colis piégé contre le directeur de l'agence de collecte des impôts à Rome, a signé de nombreuses actions similaires en Italie et à l'étranger depuis le début des années 2000.

Roberto Adinolfi, 59 ans, Pdg d'Ansaldo Nucleare, spécialisée dans la fabrication de réacteurs, le démantèlement des centrales et la gestion des déchets, a été blessé lundi à 06H00 GMT par un tireur qui l'a visé en pleine rue à Gênes (nord-ouest).

L'agresseur l'a suivi à pied pendant quelques mètres avant de tirer de l'arrière un coup de feu au niveau du mollet. L'individu a rejoint un complice qui l'attendait sur une moto, et les deux agresseurs ont pris la fuite. Roberto Adinolfi a été opéré d'une fracture au tibia et devrait quitter prochainement l'hôpital de Gênes.

(afp)