France

21 octobre 2019 11:37; Act: 21.10.2019 13:57 Print

Attentats du 13 novembre 2015: fin des enquêtes

L'enquête tentaculaire sur les attentats du 13 novembre 2015 doit déboucher sur un procès à Paris qui ne se tiendra pas avant un an, au mieux.

Voir le diaporama en grand »
Quatre ans après les attentats du 13 novembre 2015, les victimes se reconstruisent pas à pas, en attendant le procès. (Mercredi 13 novembre 2019) L'avocat d'Abdeslam demande à ce que le procès où doit comparaître le seul survivant du commando des attentats de Paris, prévu lundi prochain à Bruxelles, soit reporté. D'autre part, «le transfèrement de Salah Abdeslam et sa remise aux autorités judiciaires belges est annulée», a affirmé de son côté sur son site internet la chaîne publique RTBF. Le prévenu ne sera pas extrait de sa cellule en France pour l'audience en Belgique. (13 décembre 2017) Salah Abdeslam, seul survivant des commandos djihadistes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, sera remis à la Belgique le temps de son procès pour une fusillade pendant sa cavale, mais des discussions continuent sur les conditions de ce transfert sous haute sécurité. (27 novembre 2017) La police française a procédé à dix interpellations en lien avec l'attaque de l'Hyper casher. Certaines de ces personnes auraient fourni des armes au terroriste. (Mercredi 26 avril 2017) Salah Abdeslam a rédigé des lettres à sa mère, sa soeur et sa fiancée, durant sa cavale qui a duré trois mois. Le journal français Le Point a pu se procurer des extraits de ces missives. (Mardi 28 mars 2017) Aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, le 3 décembre 2015: les portraits de Mohamed Abrini et de Salah Abdeslam (à gauche). Ce dernier s'est confié dans une lettre adressée à une femme où il écrit ne pas «avoir honte». (Vendredi 13 janvier 2017) La police belge a interpellé un homme et une femme dans la banlieue de Bruxelles. Ils auraient servi de «boîte aux lettres» à des terroristes recherchés, pendant la période entre les attentats de Paris, en novembre 2015 et ceux de Bruxelles, en mars 2016. (11 janvier 2017) Salah Abdeslam a été présenté aux juges pour un nouvel interrogatoire. Jusqu'à présent, il a toujours refusé de s'exprimer. (Mardi 29 novembre 2016) Salah Abdeslam, le dernier terroriste vivant des attentats du 13 novembre 2015, à Paris, se serait radicalisé en prison, selon son ancien avocat. (Samedi 12 novembre 2016) Le Premier ministre français Manuel Valls s'est exprimé à la veille du premier anniversaire des attentats qui ont endeuillé Paris. Il estime que l'Europe pourra combattre le terrorisme. (Samedi 12 novembre 2016) L'Hôtel de Ville de Paris arbore les banderoles «Paris se souvient» et «Paris uni». (Jeudi 10 novembre 2016) La cellule djihadiste à l'origine des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et du 22 mars 2016 à Bruxelles a pris ses ordres «très haut» dans le commandement de l'organisation Etat islamique, a affirmé mercredi le procureur fédéral belge Frédéric Van Leeuw. (Mercredi 9 novembre 2016) Un an après les attentats du 13 novembre 2015, une «cérémonie des lanternes» sera organisée sur le canal Saint-Martin, à Paris. Sting affiche complet en moins d'une heure pour la réouverture du Bataclan. Le concert est prévu samedi. (8 novembre 2016) Une vingtaine de victimes des attentats du 13 novembre sont toujours hospitalisées, a annoncé mardi la secrétaire d'Etat à l'aide aux victimes Juliette Méadel, et 600 personnes sont également «suivies pour des troubles psychologiques». (Mardi 8 novembre 2016) Le réseau derrière les attentats a été en grande partie démantelé. Huit hommes sont écroués en France, dont un suspect-clé muré dans le silence, Salah Abdeslam. Le nom du commanditaire n'a pas été révélé. (Lundi 7 novembre 2016) Quelque 170 avocats du barreau de Paris réclament la prise en compte du «préjudice d'angoisse» dans l'indemnisation des victimes du 13 novembre, ainsi que du «préjudice d'attente» pour leurs proches. (Dimanche 6 novembre 2016) «Je demande à mon frère de s'exprimer», a déclaré Mohamed Abdeslam au micro de RTL. «Lors de mes visites en Belgique, j'ai vraiment eu un Salah Abdeslam qui était prêt à s'exprimer. (...) Quelques mois après, c'est une autre personne que j'ai en face de moi (...)» (17 octobre 2016) Le rapport de la police des polices belge pointe 13 occasions au cours desquelles la police belge est passée à côté de démasquer les auteurs des attentats de Paris dans les mois qui ont précédé les attentats de novembre 2015. (samedi 8 octobre 2016) Des victimes des attentats du 13 novembre 2015 se sont rendues sur les lieux ce matin, quelques semaines avant que la salle de spectacles parisienne ne rouvre. (vendredi 7 octobre 2016) Des dizaines de messages, déposés sur les sites des attentats du 13 novembre, sont exposés aux Archives de Paris. (Dimanche 18 septembre 2016) Des dizaines de messages, déposés sur les sites des attentats du 13 novembre, sont exposés aux Archives de Paris. (Dimanche 18 septembre 2016) Salah Abdeslam a été extrait de sa cellule de Fleury-Mérogis (sud de Paris) au petit matin pour être interrogé par les juges. Son convoi, sous surveillance maximale, est arrivé vers 7h30, (8 septembre 2016) Salah Abdeslam a été extrait de sa cellule de Fleury-Mérogis (sud de Paris) au petit matin pour être interrogé par les juges. Son convoi, sous surveillance maximale, est arrivé vers 7h30, (8 septembre 2016) Deux Marocains expulsés de France projetaient des attentats à Metz, dans l'est du pays, sur le mode opératoire de Paris et Nice. Ici, une vue du Centre Pompidou, à Metz. (Samedi 3 septembre 2016) Abdeslam refuse toujours de donner sa version des faits, alimentant le mystère quant à son rôle dans les attaques de novembre. (Mercredi 31 août 2016) Le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a révélé que sept personnes avaient été interpellées en août, dont trois avaient des projets concrets d'attaque terroriste. (Mardi 23 août 2016) La justice autrichienne a annoncé avoir remis à la France deux hommes soupçonnés d'avoir voulu participer aux attentats de Paris. (Vendredi 29 juillet 2016) Le dernier terroriste en vie des attentats de Paris du 13 novembre 2015, Salah Abdeslam, sera bel et bien toujours placé sous vidéosurveillance. Le Conseil d'Etat en a décidé ainsi. (Jeudi 28 juillet 2016) La justice administrative a rejeté vendredi la requête de Salah Abdeslam qui demandait la suspension du dispositif de vidéosurveillance permanent de sa cellule au nom du respect de sa vie privée. (Vendredi 15 juillet 2016) La justice belge a condamné à la prison un homme qui avait annoncé vouloir bouter le feu à un point de vente du magazine satirique Charlie Hebdo. (Jeudi 14 juillet 2016) Une femme de 31 ans a été condamnée à six mois de prison avec sursis pour avoir prétendu être une victime du Bataclan. (Mercredi 13 juillet 2016) Des gendarmes d'élite français du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) s'en prennent vivement à leur chef, le colonel Hubert Bonneau (à droite), dans une lettre anonyme, lui reprochant d'être «peu courageux» et de ne pas avoir engagé ses hommes lors des attentats du 13 novembre 2015. (Mercredi 13 juillet 2016) Un Algérien de 20 ans, présenté comme un proche d'Abdelhamid Abaaoud (ici en photo) et soupçonné d'avoir fait partie du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, a été interpellé en Allemagne. (Jeudi 7 juillet 2016) Mohammed Amri et Ali Oulkadi, soutiens de Salah Abdeslam, ont été remis à la France. (Mercredi 6 juillet 2016) Le tribunal correctionnel de Paris a condamné mercredi à neuf ans de prison le frère aîné d'un des tueurs du Bataclan. L'homme était jugé pour avoir reçu un entraînement militaire au sein d'un groupe djihadiste en Syrie. (Mercredi 6 Juillet 2016) Le père de la seule victime américaine poursuit en justice Twitter, Facebook et Google (Youtube), jugeant que ces réseaux sociaux ont permis aux groupes djihadistes de diffuser leur idéologie et de recruter des membres. (Image d'archive - 4 décembre 2015 Quelques heures après le début des attentats du 13 novembre à Paris, Salah Abdeslam, seul membre encore en vie du commando jihadiste, a partagé des frites et des joints avec des lycéens dans la banlieue de Paris, qui ont décrit à des journalistes un jeune homme «sympa» et calme. (Jeudi 16 juin 2016) La justice belge a approuvé jeudi le principe d'une remise à la France du Belge d'origine marocaine Mohamed Abrini. (Jeudi 9 juin 2016) Près de 45 kg de munitions avaientt été retrouvés dans l'appartement d'Anis Bahri, arrêté fin mars à Rotterdam. La justice néerlandaise a approuvé jeudi la remise à Paris du Français arrêté à Rotterdam en mars et suspecté d'avoir participé, avec Reda Kriket, à un projet d'attentat en France. (Jeudi 26 mai 2016) Le secrétaire général de la Fédération nationale des victimes, Stéphane Gicquel, s'adresse à la presse avant la première rencontre entre les juges et les rescapés, ou familles des victimes des attentats du 13 novembre 2015. (24 mai 2016) De mardi 24 à jeudi 26 mai, six mois après les attentats, les juges chargés de l'enquête rencontreront les proches des victimes. Des rencontres avant tout symboliques et d'information, mais qui pourraient être frustrantes, Salah Abdeslam ayant refusé vendredi, de collaborer avec la justice. (Image prétexte -20 mai 2016) «Il ne peut pas y avoir la moindre modification (des conditions de détention de Salah Abdeslam) sur la base d'un chantage. Cet individu est particulièrement dangereux», a déclaré le premier ministre Manuel Valls lors d'un entretien à Radio J. Le suspect clé s'est notamment plaint de la surveillance vidéo continue dont il fait l'objet. (Image prétexte) Jesse Hugues, chanteur de Eagles of Death Metal, a tenu des propos polémiques sur la sécurité du Bataclan. Deux festivals ont annulé les concerts du groupe, prévus cet été. (Vendredi 20 mai 2016) Salah Abdeslam arrive vendredi matin au palais de justice de Paris. (Vendredi 20 mai 2016) Salah Abdeslam a été extrait de sa cellule de Fleury-Mérogis au petit matin et son convoi, sous surveillance maximale, est arrivé peu avant 7h15 au palais de justice de Paris. Premier interrogatoire par des juges anti-terroristes pour le suspect-clé. (20 mai 2016) Salah Abdeslam, à l'intérieur de l'une de ces voitures, lors de son transfert à la prison de Fleury Merogis le 27 avril 2016. Il sera entendu pour la première fois par les juges d'instruction parisiens le 20 mai 2016. (Vendredi 20 mai 2016). Selon la police belge, Mohamed Abrini a laissé un testament où il indique qu'il voulait mourir en martyr. (Mercredi 18 mai 2016 - Image d'archive) Selon un document de la RTBF, les services anti-terroristes belges avaient de quoi arrêter Salah Abdeslam à temps, avant son passage à l'acte des attentats de Paris. (mardi 17 mai 2016, photo d'illustration) L'un des trois sans-papiers, qui étaient présents lors de l'assaut de Saint-Denis du 18 novembre 2015, a été blessé par les forces de l'ordre. (Mercredi 11 mai 2016) Frank Berton, l'avocat de Salah Abdeslam, après l'inculpation officielle de son client. (27 avril 2016) Des policiers en faction devant le Palais de Justice au 36, Quai des Orfèvres où Salah Abdeslam devrait comparaître devant un juge d'instruction avant son incarcération à Fleury-Mérogis. (27 avril 2016). La justice belge a accepté de remettre Salah Abdeslam à la France. Il a été transféré en France mercredi matin. (27 avril 2016) Adel Haddadi (à g.) et Muhamad Usman devaient faire partie des attentats de Paris. Ils ont été interpellés en Grèce puis en Autriche (Mardi 26 avril 2016). Mohammed Abrini a été arrêté. Il est impliqué dans les attentats du 13 novembre à Paris. (8 avril 2016) François Hollande a annoncé renoncer à sa réforme constitutionnelle, qui prévoyait notamment la déchéance nationale des terroristes. (Mercredi 30 mars 2016) Le Sénat français s'est prononcé en faveur de la déchéance de la nationalité pour les binationaux. Une version édulcorée pour éviter des cas d'apatrides. (Mardi 22 mars 2016) Salah Abdeslam a été blessé et interpellé vendredi, lors d'une grosse opération de police, à Molenbeek, en Belgique. (Vendredi 18 mars 2016) La cousine d'Abaaoud, Hasna Hasna Aïtboulahcen, va être enterrée près de Paris. La jeune femme avait accueilli le cerveau présumé des attentats de Paris, avant d'être tuée dans l'assaut des forces de l'ordre, à Saint-Denis, le 18 novembre 2015. (Jeudi 10 mars 2016) This undated file photo provided by the Belgian Federal Police shows 26-year old Salah Abdeslam, who is wanted by police in connection with recent terror attacks in Paris. Belgian prosecutors said Friday March 18, 2016 that fingerprints of Paris attacks fugitive Salah Abdeslam found in Brussels apartment that was raided earlier this week. (Belgian Federal Police via AP) En 2014, un informateur a prévenu une policière belge que Salah et Brahim Abdeslam avaient des «plans pour une attaque». (Jeudi 3 mars 2016) Le Parlement français a décidé de prolonger l'état d'urgence jusqu'au 26 mai. (Mardi 16 février 2016) D'après le rapport des experts du Terrorism Research and Analysis Consortium (TRAC) cité par le journal belge De Morgen, c'est le Français Salim Benghalem ici à l'mage qui serait le véritable cerveau des attentats du 13 novembre à Paris, et non le Belge Abdelhamid Abaaoud. (lundi 25 janvier 2016) Après avoir déclaré aux enquêteurs qu'il se doutait que quelque chose se tramait mais «voulait l'argent», le logeur des terroristes Jawad Bendaoud a tenté de s'expliquer dans une lettre à une juge. Il se dit «conscient d'avoir hébergé les pires assassins» mais affirme «n'avoir rien à voir avec Daech». La police belge a découvert trois logements dans lesquels les terroristes de Paris ont transité. (Mercredi 13 janvier 2016) C'est dans un appartement de la rue Henri Bergé que les terroristes auraient confectionné leurs engins explosifs et où Abdeslam Salah, toujours en fuite, aurait transité. (8 janvier 2016) C'est dans ce quartier de l'est bruxellois qu'auraient été confectionnées les ceintures d'explosifs des attentats de Paris, avant que les terroristes n'y ajoutent les détonateurs dans une chambre d'hôtel près de Paris, à Alfortville. (8 janvier 2016) Selon la presse belge, deux hommes munis de fausses cartes d'identité aux noms de Samir Bouzid et de Soufiane Kayal ont orchestré les attentats de Paris depuis Bruxelles (Mercredi 6 janvier 2016) Selon la presse belge, deux hommes munis de fausses cartes d'identité aux noms de Samir Bouzid et de Soufiane Kayal ont orchestré les attentats de Paris depuis Bruxelles (Mercredi 6 janvier 2016) Des médailles de ce type seront remises à titre posthume aux dessinateurs tués par les terroristes, en janvier 2015. La Légion d'honneur va bientôt honorer au total quelque 600 personnes. (Jeudi 31 décembre 2015) Un dixième homme a été interpellé à Molenbeek pour «assassinats terroristes». Il est placé en détention provisoire à Bruxelles. (Jeudi 31 décembre 2015) La police belge a procédé à cinq interpellations à Bruxelles dans le cadre de l'enquête liée aux attentats de Paris, entre le dimanche 20 décembre 2015 et le lundi 21 décembre 2015. (lundi 21 décembre 2015) Abdeslam Salah s'est caché dans un buisson d'Aubervilliers durant deux nuits avant de rejoindre la planque de la Seine Saint-Denis où la police a donné l'assaut. (Dimanche 20 décembre 2015). Deux personnes, qui seraient liées aux attentats de Paris qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés le 13 novembre, ont été arrêtées en Autriche. (Mercredi 16 décembre 2015) La brasserie le «Comptoir Voltaire» est le deuxième établissement à reprendre son activité. Un des membres du «commando des terrasses» s'était fait sauter devant faisant plusieurs blessés. (Mercredi 16 décembre 2015). Salah Abdeslam avait été repéré par les services de renseignement belges, 48 heures après les attentats de Paris. Il se serait caché dans un appartement de Molenbeek. Mais la police a dû attendre le mandat de perquisition pour intervenir. Trop tard. (Mercredi 16 décembre 2015) Madonna a rendu un double hommage aux victimes des attentats de Paris, ce mercredi 9 décembre : d'abord lors de son concert dans la salle Paris-Bercy, puis en improvisant un mini-concert, sur la place de la République, en centre ville. (Image Twitter - le 9 décembre 2015) Le Prince Albert II de Monaco est lui aussi allé se recueillir devant le Bataclan. (9 décembre 2015) Le troisième assaillant du Bataclan a été formellement identifié. Foued Mohamed-Aggad, 23 ans, était né en Alsace et était parti en Syrie en 2013. (9 décembre 2015) Les hommages aux victimes déposés devant le Bataclan sont toujours aussi nombreux et émouvants. (9 décembre 2015) Moins d'un mois après les attentats, le groupe Eagles of Death Metal qui jouait au Bataclan à Paris au moment des attentats, s'est recueilli sur place. (mardi 8 décembre 2015) Le concert de U2, à Paris, auquel le groupe Eagles of Death Metal a brièvement participé était ponctué de plusieurs hommages aux victimes des attentats du 13 novembre. (Image - @MikeSington, Twitter - 7 décembre 2015) Moins d'un mois après les attentats qui ont fait 90 morts dans la salle du Bataclan où ils jouaient, le groupe Eagles of Death Metal est revenu à Paris chanter quelques minutes aux côtés de U2, le 7 décembre. (Image - @MikeSington, Twitter - 7 décembre 2015) Un proche de Jawad Bendaoud (photo), qui avait fourni le logement de Saint-Denis à deux auteurs des attentats, dont Abdelhamid Abaaoud est présenté à un juge d'instruction ce samedi 5 décembre 2015.. Le 4 décembre 2015, le parquet fédéral belge annonce rechercher deux nouveaux individus liés aux attentats de Paris. Le bar «La Bonne Bière» a rouvert ses portes à Paris (Vendredi 4 décembre 2015). La gare de Keteli à Budapest où une des équipes terroristes aurait été recrutée (Jeudi 3 décembre 2015) Le ministre français des Finances, Michel Sapin, a affirmé que l'argent engagé par les terroristes pour commettre leurs méfaits, le 13 novembre, ne dépassait pas les 30'000 euros, soit quelque 32'400 francs. (Jeudi 3 décembre 2015) Le Bataclan ne rouvrira pas avant fin 2016 selon les patrons du site, interrogés par Le Monde. (Mercredi 2 décembre 2015) A picture taken on November 27, 2015, shows French national flags, candles and flowers at a makeshift memorial in Place de la Republique square in Paris, for the National Tribute to the 130 people killed in the November 13 Paris attacks. Families of those killed in France's worst-ever terror attack, claimed by the Islamic State (IS) group, will join some of the wounded at ceremonies at the Invalides, the gilded 17th-century complex in central Paris that houses a military hospital and museum and Napoleon's tomb. The tribute will be 'National and Republican,' an official at the Elysee presidential palace said, referring to the French republic's creed of liberty, equality and fraternity. AFP PHOTO / THOMAS SAMSON L'ancien président français a taclé son successeur et son gouvernement pour ne pas avoir pris la mesure du risque encouru par une intervention en Syrie. (Mercredi 2 décembre 2015) Mohamed Abdeslam, l'aîné des frères impliqués dans les attaques, allume des bougies en hommage aux victimes des attentats (Mardi 1er décembre 2015). La police belge a procédé à des perquisitions dans la commune de Molenbeek pour mettre la main sur Salah Abdeslam (photo), mais les infos étaient «délibérément» fausses. (30 novembre 2015) La présidente du Chili, Michelle Bachelet, a déposé une gerbe de fleurs devant le Bataclan. (Dimanche 29 novembre 2015) Angela Merkel va apporter le soutien militaire de l'Allemagne à François Hollande. (Dimanche 29 novembre 2015) L'interdiction des déplacements de supporteurs de football, décidé après les attentats du 13 novembre qui ont notamment visé le Stade de France dans la banlieue parisienne, est valable jusqu'au 14 décembre, selon un arrêté du ministère de l'Intérieur. (Dimanche 29 novembre). Bernard Cazeneuve a visité un point de contrôle à la frontière franco-allemande à Strasbourg (Samedi 28 novembre 2015). L'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle a retiré cinq autorisations de travailler en zone réservée à des employés soupçonnés de radicalisation, depuis les attentats de novembre. Ce chiffre se monte à 57 depuis le début de l'année (27 novembre 2015) François Hollande avait appelé les Français à accrocher les couleurs du drapeau national à leurs fenêtres ce vendredi, une consigne respectée ici à Marseille. (Vendredi 27 novembre 2015) «Nous ne céderons ni à la peur, ni à la haine», a déclaré vendredi le président français François Hollande lors d'un discours d'une quinzaine de minutes ponctuant la cérémonie nationale de recueillement. (Vendredi 27 novembre 2015) La cérémonie d'hommage aux victimes a eu lieu à l'hôtel des Invalides à Paris. (Vendredi 27 novembre 2015) La France a rendu vendredi matin un hommage solennel aux 130 morts et 350 blessés des attentats. (Vendredi 27 novembre 2015) Quatre fusils d'assaut utilisés par les assaillants ayant commis les attentats de Paris auraient été achetés par internet à un trafiquant d'armes allemand qui a été interpellé, affirme vendredi «Bild». (Vendredi 27 novembre 2015) Un paquet suspect a été découvert dans la Grande mosquée de Bruxelles, en Belgique. (Jeudi 26 novembre 2015) Quatre des présumés terroristes des attentats de Paris étaient listés par les services de renseignement belges, qui avaient transmis ces informations à la commune de Molenbeek. (Jeudi 26 novembre 2015) Bruxelles a rouvert ses écoles sous haute protection, après plusieurs jours sous alerte maximale. (Mercredi 25 novembre 2015) Un mandat d'arrêt international a été lancé contre Mohamed Abrini, identifié comme étant au volant de la Clio qui a servi deux jours plus tard aux attentats de Paris (Mardi 24 novembre 2015) Le logeur du cerveau présumé des attentats de Paris, survenus le 13 novembre, a été déféré devant un juge. Jawad Bendaoud a été arrêté le 18 novembre, lors de l'assaut dans un appartement de Saint-Denis. (Mardi 24 novembre 2015) La popularité de François Hollande fait un bond de 10 points ( à 32%) au lendemain des attentats de Paris et celle de Manuel Valls progresse de 7 (à 43%), selon un sondage Odoxa publié mardi. (24 novembre 2015) Un objet «qui s'apparente à une ceinture d'explosifs» a été retrouvé lundi en fin d'après-midi dans une poubelle à Montrouge, dans la proche banlieue de Paris, dix jours après les attentats qui ont fait 130 morts dans la capitale, (23 novembre 2015) Les troupes belges patrouillent ce lundi 23 novembre 2015 dans la capitale belge. Au total, 21 arrestations sont survenues depuis hier soir. (Lundi 23 novembre 2015) Jawad B., logeur présumé des terroristes, reste en garde à vue pour le sixième jour consécutif. Une mesure rarissime. (Lundi 23 novembre 2015) David Cameron et François Hollande se recueillent devant le Bataclan ce 23 novembre 2015 au matin. (lundi 23 novembre 2015) La police a diffusé dimanche la photo du troisième kamikaze du Stade de France, en espérant recueillir des informations sur cet homme. (dimanche 22 novembre 2015) Un véhicule blindé stationnait samedi devant la gare de Bruxelles. Les rues et places de la capitale belge étaient quasi vides après que la région a été placée en état d'alerte terroriste maximum. (Samedi 21 novembre 2015) Le chiot Dobrynya a été offert à la France par la Russie pour remplacer la chienne du RAID, Diesel, morte dans l'assaut de Saint-Denis, mercredi. Le décès de l'animal avait ému sur Twitter. (Samedi 21 novembre 2015) Sur les huit interpellations survenues lors de l'assaut donné mercredi dans un appartement de Saint-Denis, en région parisienne, sept personnes ont recouvré la liberté. (Samedi 21 novembre 2015) La Belgique a élevé à son maximal le niveau d'alerte terroriste pour la ville de Bruxelles en raison d'une «menace imminente». (Samedi 21 novembre 2015) Quelques personnes écoutent un pianiste installé près du Bataclan, une semaine après les attentats. (Samedi 21 novembre 2015) Les ministres européens de l'Intérieur se sont mis d'accord vendredi, en conseil réuni d'urgence, pour renforcer les contrôles aux frontières européennes. La Commission européenne proposera par ailleurs, d'ici la fin de l'année, une révision des règles de Schengen. (Vendredi 20 novembre 2015) Les hommages se sont poursuivis, à travers le monde également, une semaine après les attentats qui ont bouleversé la France. Ici, un rassemblement à Rabat, au Maroc. (Vendredi 20 novembre 2015) Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté à l'unanimité une résolution française qui permet de «prendre toutes les mesures nécessaires» pour combattre le groupe Etat islamique, décrit comme une 'menace mondiale et sans précédent'. D'autres groupes djihadistes affiliés à Al-Qaida sont aussi visés par cette résolution. (Vendredi 20 novembre 2015) Le bilan des récents attentats à Paris s'est alourdi à 130 morts à la suite du décès d'un blessé jeudi, a annoncé Premier ministre français Manuel Valls. (Vendredi 20 novembre 2015) La traque continue. Les enquêteurs recherchent particulièrement Salah Abdeslam, membre du «commando des terrasses» en fuite. Les autorités ont annoncé que 182 nouvelles perquisitions ont été menées dans la nuit de jeudi à vendredi. Vingt interpellations ont conduit au placement de 17 personnes en garde à vue. Ces opérations ont également permis de découvrir 76 armes et dix cachettes de produits stupéfiants. (Vendredi 20 novembre 2015) Le Parlement français a donné son feu vert au prolongement pour trois mois de l'état d'urgence. Les sénateurs ont approuvé massivement par 336 voix contre 0 le projet de loi adopté mercredi en conseil des ministres. (Vendredi 20 novembre 2015) Après une incertitude sur son sort, Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attaques à Paris, a été tué mercredi lors d'un assaut de la police française à Saint-Denis. La fiche signalétique de Salah Abdeslam, toujours recherché. L'assaut est donné à partir de 4h20 du matin mercredi. Trois personnes retranchées ont été tuées, dont une femme Les forces de l'ordre ont procédé à sept interpellations.(Mercredi 18 novembre 2015) L'armée est appelée en renfort pour sécuriser les principaux lieux de la capitale. La tour Eiffel est fermée durant le week-end. Les habitants se rendent sur les lieux ciblés pour y déposer des fleurs et des bougies au lendemain des attaques. Une opération ciblant le Belge Abdelhamid Abaaoud, commanditaire présumé de l'attaque de vendredi, est menée à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). (Mercredi 18 novembre 2015) Une Clio immatriculée en Belgique est retrouvée dans le XVIIIe arrondissement de Paris. Elle a été louée au nom de Salah Abdeslam. Les enquêteurs pensent qu'il a formé avec son frère Brahim l'équipe qui a criblé de balles les terrasses de bistrots, avant d'être exfiltré par ses deux complices en Belgique. (Mardi 17 novembre 2015) Les secours sur place le vendredi peu après les attaques. Une importante opération de police est menée à Molenbeek,en Belgique. (Lundi 16 novembre 2015) Cinq personnes, parmi les sept interpellées en Belgique, sont relâchées, dont Mohamed Abdeslam. Deux autres sont inculpées par la justice belge. Ils ont été placés sous mandat d'arrêt du chef d'attentat terroriste et participation aux activités d'un groupe terroriste. Il s'agit de Mohamed Amri et Hamza Attou. Ils sont allés chercher Salah Abdeslam à Paris après les attentats pour l'aider à disparaître. (Lundi 16 novembre 2015) Dans une allocution télévisée, François Hollande décrète l'état d'urgence sur l'ensemble du territoire métropolitain, et annonce le rétablissement des contrôles aux frontière. La devise de la ville de Paris en latin, «fluctuat nec nergitur» - «qui est battu par les flots, mais ne sombre pas» devient la phrase de résistance face au terrorisme. L'émotion est forte dans les rues de Paris. Le choc atteint toute l'Europe. La police scientifique enquête dans une ruelle proche du Stade de France. Le président décrète un deuil national de trois jours, parle d'«acte de guerre» et accuse le groupe Etat islamique (EI). Ce dernier revendique les attentats peu après. A Paris, des assaillants arrivés en voiture ouvrent le feu sur des clients installés en terrasse de bars et de restaurants d'un quartier branché. Ils tuent 39 personnes lors de trois haltes. A la fin de leur virée meurtrière, un kamikaze se donne la mort dans un bar, faisant un blessé grave. La Dame de fer s'est aussi parée des couleurs du drapeau français en hommage aux victimes. Informé des attaques, le président français est exfiltré des tribunes. Deux autres kamikazes se font exploser aux abords du stade sans tuer de passants. (Vendredi 13 novembre 2105) Dans le même quartier, trois tueurs arrivés dans une autre voiture font irruption dans la salle de concert du Bataclan. Ils évoquent l'action de la France en Syrie et en Irak avant d'abattre 89 personnes.Trois heures plus tard, des policiers d'élite donnent l'assaut. Les trois assaillants sont tués par l'explosion de leurs ceintures piégées. «C'est une horreur», déclare François Hollande.

Sur ce sujet
Une faute?

Après quatre ans d'enquête tentaculaire, les juges d'instruction ont terminé leurs investigations sur les attentats du 13 novembre 2015, les plus meurtriers à avoir jamais frappé la France. Cela ouvre la voie à un procès qui s'annonce hors norme.

Cette étape était très attendue: les cinq magistrats antiterroristes chargés du dossier ont annoncé la clôture de cette procédure riche de 460 tomes dans laquelle plus de 1700 personnes se sont constituées parties civiles, a annoncé dans un communiqué le parquet national antiterroriste (PNAT).

Ceci ouvre un délai d'un mois pour les observations des parties et pour les réquisitions du PNAT, avant une décision finale des juges sur la tenue d'un procès, qui ne pourra pas se tenir avant un an au mieux, et dans lequel les parties civiles fondent beaucoup d'espoir.

«C'est une bonne nouvelle», a réagi auprès de l'AFP Jean Reinhart, avocat de dizaines de victimes et de l'association 13onze15 Fraternité-Vérité. Le procès dans ce dossier «est quelque chose que nous attendons avec une fervente nécessité pour la manifestation de la vérité».

«Réquisitoire monumental»

Le président de l'association Life for Paris, Arthur Dénouveaux, a estimé que l'enquête semblait «avoir bien exploré toutes les ramifications financières et organisationnelles», tandis que Gérard Chemla, avocat de la Fenvac, principale association de victimes en France, a dit s'attendre à un «réquisitoire monumental» sur un dossier de «près d'un million de pages».

«J'espère que cela permettra aux familles de connaître enfin la vérité, notamment sur les responsabilités directes et indirectes» dans ces attentats, a souligné Samia Maktouf, autre avocate de parties civiles.

Le 13 novembre 2015, neuf hommes avaient attaqué en plusieurs points la capitale française et Saint-Denis, aux abords du Stade de France, à des terrasses de restaurants et dans la salle de concerts du Bataclan, faisant 130 morts et plus de 350 blessés. Les attentats avaient été revendiqués par l'organisation Etat islamique (EI).

Encore des zones d'ombre

Au total, quatorze personnes, dont onze en détention provisoire, ont été mises en examen dans cette enquête. Parmi elles, Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des trois commandos djihadistes qui ont perpétré ces attentats, est incarcéré en France depuis trois ans et demi après avoir été arrêté en Belgique.

Six autres suspects, parfois présumés morts en Syrie ou en Irak comme les frères Fabien et Jean-Michel Clain, voix de la revendication de l'EI, sont pour leur part visés par un mandat d'arrêt.

Les investigations, qui ont permis de reconstituer une grande partie de la logistique des attaques, ont mis au jour une cellule djihadiste bien plus importante derrière ces attentats, avec des ramifications à travers l'Europe, essentiellement en Belgique. Le 22 mars 2016, acculée après l'arrestation d'Abdeslam, la cellule avait aussi frappé à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles, faisant 32 morts.

Des questions demeurent toutefois, comme l'évocation d'une cible dans le XVIIIe arrondissement de Paris dans la revendication de l'EI ou le rôle exact de Salah Abdeslam, détenu à l'isolement à Fleury-Mérogis. A de rares exceptions, il est resté muré dans le silence. Il avait déposé les trois kamikazes du Stade de France le soir des attentats, avant d'abandonner une ceinture explosive, laissant penser qu'il devait lui aussi mener une attaque-suicide.

Alors que se profilait la clôture des investigations, les magistrats antiterroristes parisiens ont ouvert le 8 octobre une information judiciaire distincte contre les dirigeants du groupe EI, qui ont inspiré et revendiqué un grand nombre des attentats djihadistes commis en France ces dernières années. La justice a lancé dans ce cadre un mandat d'arrêt contre le calife autoproclamé de l'EI Abou Bakr al-Baghdadi et son bras droit, présumé mort, Abou Mohammed al-Adnani.

(nxp/ats)