Japon

07 juillet 2018 06:57; Act: 08.07.2018 01:43 Print

Des pluies torrentielles font plus de 40 morts

De fortes précipitations touchent l'ouest et le centre du Japon. 1,9 million de personnes ont été évacuées.

Sur ce sujet
Une faute?

Les pluies torrentielles qui s'abattent sur le sud et l'ouest du Japon ont fait au moins 44 morts et 21 disparus, selon les autorités qui ont ordonné l'évacuation de plus de 2 millions de personnes, la chaîne publique NHK évoquant elle un bilan de 51 morts et 44 disparus.

Les précipitations record enregistrées depuis plusieurs jours dans plusieurs régions, dont celles d'Ehimé, Hiroshima, Kyoto, Kochi, Gifu ou encore Okayama, ont entraîné des crues exceptionnelles, des glissements de terrain et inondations, piégeant de nombreux habitants malgré des ordres d'évacuation pas toujours respectés car il est parfois déjà impossible de bouger.

Les préfectures d'Ehimé et Hiroshima totaliserait le plus lourd bilan avec au moins 33 morts selon les chiffres de l'Agence de gestion des incendies et catastrophes naturelles. Quelque 48'000 pompiers, policiers et militaires des Forces d'autodéfense ont été déployés sur le terrain, mais ils affrontent des difficultés majeures compte tenu de l'inaccessibilité de certains lieux en pleine campagne.

Les services de secours essayaient de sauver des habitants réfugiés sur les toits de leurs maisons en grande partie sous les eaux. Les images de télévision les montraient agitant des chiffons blancs pour être repérés. Hélicoptères, bateaux et autres véhicules ont été mobilisés.

Le Premier ministre Shinzo Abe a qualifié la situation «d'extrêmement grave» et ordonné le déploiement de tous les moyens possibles pour sauver des vies. Le Premier ministre a réuni samedi matin les principaux ministres concernés.

«Emportée par les eaux»

L'agence météorologique a placé en alerte maximale plusieurs régions et mis en garde contre des risques élevés de dégâts majeurs. «Une vigilance maximum s'impose», répètent les météorologues. Des dizaines de maisons ont été en tout ou partie détruites et des milliers envahies par les eaux. Il était encore difficiles de dénombrer les glissements de terrain, routes et ponts saccagés voire emportés. Des épais flots boueux déferlaient sur des quartiers entiers totalement noyés, selon les images des télévisions.

«J'étais dans ma voiture et soudainement l'eau est arrivée par devant et derrière engloutissant la route. J'ai réussi à m'enfuir, mais j'ai eu peur», a témoigné pour le journal Mainichi Yuzo Hori, qui se trouvait dans la région de Hiroshima (sud-ouest). «Ma maison a été emportée par les eaux et complètement détruite», a pour sa part rapporté Toshihide Takigawa, également à Hiroshima.

Les précipitations ont dépassé un mètre en une centaine d'heures dans plusieurs régions, l'agence météorologique estimant que de tels niveaux ne sont atteints que rarement en plusieurs décennies. Elle a qualifié les pluies de «terribles» et estimé qu'elles dureraient jusqu'à dimanche.

Le Japon est souvent traversé par d'importants fronts pluvieux en plus des typhons parfois meurtriers qui le balayent régulièrement en été. Tous les ans, des glissements de terrain meurtriers sont recensés dans l'archipel. Quelque 72 morts avaient été déplorés en 2014 à Hiroshima et une quinzaine de personnes avaient péri dans le nord en 2016 après le passages d'un typhon.

Séisme à Tokyo

La région de Tokyo a par ailleurs été frappée samedi soir par un séisme de magnitude 5,9 selon l'institut de géophysique américain USGS, qui n'a pas déclenché de risque de tsunami. Aucun dégât n'a été rapporté dans l'immédiat. Le tremblement de terre s'est produit à 20h24 locales (13h24 en Suisse) et été précédé d'une alarme avertissant les habitants.

«C'était un type de secousses latérales plutôt longues, quelques objets sont tombés, mais ça va», a témoigné une femme résidant dans la région de Chiba, dans l'une des zones les plus secouées. Une partie des trains de la région étaient stoppés pour vérification des voies, selon la NHK.

Le Japon est situé à la jonction de quatre plaques tectoniques. Il subit chaque année plus de 20% des séismes les plus forts recensés sur Terre.

(nxp/ats)