Epidémie

31 juillet 2014 08:07; Act: 31.07.2014 17:26 Print

Au moins 729 morts des suites du virus Ebola

La Sierra Leone a déclaré jeudi l'état d'urgence sanitaire. Au Liberia, les écoles sont fermées. Selon l'OMS, l'Afrique de l'Ouest subit la plus grave épidémie de cette maladie.

storybild

(Photo: Keystone/AP/Youssouf bah)

Sur ce sujet
Une faute?

La Sierra Leone a déclaré jeudi l'état d'urgence sanitaire face à l'épidémie de virus Ebola, la plus grave jamais recensée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a fait 729 tués au moins en Afrique de l'Ouest.

Dans un communiqué, le président sierra-léonais Ernest Bai Koroma annonce qu'il mobilise les forces de sécurité pour isoler les foyers d'infection du virus mortel.

Et les fonctionnaires libériens dont l'activité n'est pas essentielle ont eux été placés en congé pour trente jours dans le cadre d'un plan national contre la maladie.


Appel par le Liberia

Les derniers chiffres publiés jeudi par l'OMS évoquent 1323 cas confirmés depuis le début de l'épidémie en février, dont 729 mortels.

La Guinée, avec 339 décès, est à ce jour le pays le plus touché. Le virus a tué 233 malades en Sierra Leone, 156 au Liberia et un au Nigeria.

L'agence de l'ONU continue toutefois de ne pas recommander des restrictions aux voyages ou au commerce avec la Guinée, le Liberia, la Sierra Leone ou le Nigeria. Mais l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) a dit jeudi que l'aggravation de l'épidémie d'Ebola pourrait amener les transporteurs aériens à revoir leurs mesures d'inspection des passagers.

«Nous sommes confrontés à une situation d'urgence sanitaire majeure. L'épidémie est virulente, meurtrière, nombre de nos compatriotes meurent et nous devons agir pour interrompre sa propagation», a déclaré de son côté à Reuters le ministre libérien de l'Information, Lewis Brown.

«Plus que jamais, nous avons besoin du soutien de la communauté internationale. Nous avons absolument besoin de toute l'aide que nous pourrons obtenir», a-t-il ajouté.

Postes-frontières fermés

La présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf a déclaré que son gouvernement envisageait de placer en quarantaine certaines communautés, sur la base de recommandations que transmettra le Ministère de la santé.

Dimanche, déjà, le Liberia avait fermé la plupart de ses postes-frontières et imposé des mesures sanitaires très strictes aux points d'entrée encore ouverts.

Un centre d'isolement prévu pour les malades d'Ebola dans la capitale libérienne Monrovia est débordé par l'afflux de patients, a déclaré mercredi le secrétaire d'Etat à la Santé, Tolbert Nyenswah.

Le virus se transmet par contact direct avec du sang, des liquides organiques ou des tissus de personnes ou d'animaux infectés.

Mise en garde britannique

Plusieurs dizaines de médecins ou infirmiers sont décédés de la maladie alors qu'ils soignaient des personnes atteintes.

Le Département d'Etat américain a confirmé qu'un Américain était décédé de la fièvre Ebola au Nigeria après avoir attrapé la maladie au Liberia. Plusieurs Etats africains ont par ailleurs souligné jeudi qu'ils renforçaient les mesures de contrôle pour l'entrée sur leur territoire.

En Grande-Bretagne, la dirigeante du syndicat du service d'immigration a indiqué jeudi que le personnel des douanes ne se sentait pas correctement préparé pour faire face à un éventuel voyageur porteur du virus. Le risque d'arrivée en France du virus Ebola est faible, mais une «extrême vigilance» s'impose, a déclaré de son côté la ministre française de la Santé Marisol Touraine.

(ats)