Débat sur le nucléaire

23 mars 2011 17:28; Act: 23.03.2011 17:33 Print

Aucune raison de fermer Fessenheim

Les autorités françaises ne voient aucune raison de fermer la centrale nucléaire de Fessenheim, en Alsace, à 35 km de Bâle.

storybild

La centrale de Fessenheim est la plus ancienne centrale française actuellement en exploitation. (Photo: EPA)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président de l'Autorité de sûreté nucléaire de l'Hexagone a répondu dans ce sens mercredi à la demande formulée la veille par les deux Bâles.

«Il n'y a aucune raison de fermer quelque centrale que ce soit en France», a déclaré André-Claude Lacoste au cours d'une réunion des agences de sécurité nucléaire européennes à Helsinki. «J'ai le sentiment que les centrales nucléaires sont sûres. Si nous pensions qu'elles sont dangereuses, nous les fermerions», a-t-il ajouté.

M. Lacoste s'est par ailleurs engagé à présenter des plans pour un audit du parc nucléaire français «dès que possible». Construite en 1977-78, la centrale de Fessenheim est la plus ancienne centrale nucléaire de France encore en opération et se trouve dans une zone à risque sismique.

Le président de l'Autorité de sûreté nucléaire française s'est exprimé en marge de la réunion semestrielle des Autorités de sûreté nucléaire des pays d'Europe de l'Ouest (WENRA). Cette association rassemble les pays de l'UE et la Suisse, ainsi que plusieurs pays présents en qualité d'observateurs, dont la Russie.

Le Jura aussi

Dans le même temps, un troisième canton voisin de la centrale alsacienne pourrait se joindre aux autorités des deux Bâles. Le Gouvernement jurassien prendra une décision la semaine prochaine sur la demande d'arrêt de la centrale de Fessenheim, un dossier qui suscite une vive inquiétude dans la région.

«La centrale EDF cause des tracas au gouvernement jurassien», a expliqué mercredi au Parlement le ministre de l'environnement et de l'équipement Philippe Receveur. Cette centrale a connu de nombreux incidents depuis son entrée en service. «La situation n'est pas satisfaisante», a ajouté M. Receveur.

Les gouvernements de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne ont demandé mardi aux autorités françaises et à Électricité de France (EDF) l'arrêt immédiat de la centrale sise au nord de la cité rhénane. Selon une étude indépendante publiée en 2007, le risque sismique aurait été sous-estimé.

(ats)