Génocide arménien

26 décembre 2011 19:44; Act: 26.12.2011 21:06 Print

Aznavour exprime sa reconnaissance

Le chanteur franco-arménien Charles Aznavour, ambassadeur d'Arménie en Suisse, a dit au président français Nicolas Sarkozy sa «reconnaissance» après l'adoption d'une loi pénalisant la négation des génocides, dont celui des Arméniens.

Une faute?

«Vous vous êtes exprimé à plusieurs reprises pour la condamnation du négationnisme par la loi en rappelant à juste titre que la liberté d'expression, ce n'est pas celle de manipuler l'Histoire ni celle de nier les évidences historiques», écrit le chanteur dans un courrier adressé au président et daté de jeudi.

«Il y a dix ans, la France avait inspiré des sentiments de fierté aux 500'000 Français d'origine arménienne, en devenant le premier Etat au monde à donner force de loi à la reconnaissance du génocide arménien», poursuit encore Charles Aznavour. «Aujourd'hui, nous sommes fiers que notre Assemblée nationale préconise la pénalisation du négationnisme», ajoute-t-il.

L'Assemblée nationale française a adopté jeudi une proposition de loi du parti présidentiel de droite UMP réprimant la négation de tout génocide, ce qui a provoqué la fureur des autorités turques et une suspension des relations diplomatiques. Le texte doit désormais être inscrit à l'ordre du jour du Sénat.

Revendiqué

Charles Aznavour a été nommé en 2009 ambassadeur d'Arménie en Suisse. Il est aussi représentant de ce même pays auprès du bureau européen des Nations unies.

La députée UMP des Bouches-du-Rhône (sud), Valérie Boyer, auteure de la proposition de loi réprimant la négation des génocides dont celui des Arméniens, a elle porté plainte lundi après avoir reçu des menaces et après le piratage de son site internet par des militants pro-turcs.

Une centaine de sites internet liés à la diaspora arménienne de France ont été victimes de pirates informatiques turcs, après le piratage du site de la députée, a indiqué lundi un site spécialisé turc.

Le groupe de pirates nationalistes turcs Millikuvvetler.net a revendiqué sur le site turc cyberhaber.com ce piratage «ce jour» (lundi) et celui aussi de sites internet de politiques, notamment le député UMP Bernard Depierre.

(ats)