Namibie

17 juin 2019 08:06; Act: 17.06.2019 08:08 Print

Bêtes sauvages à vendre à cause de la sécheresse

Buffles, girafes, éléphants et antilopes sont menacés de famine dans les parcs nationaux de ce pays d'Afrique australe.

storybild

Soixante girafes feront partie des animaux mis en vente. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis mai, le pays est en état de catastrophe naturelle.
Certaines de ses régions connaissent la pire sécheresse depuis près de 90 ans, selon la météo nationale. Et les animaux qui peuplent ses parcs nationaux en subissent les conséquences. Pour limiter les dégâts, le Ministère de l’environnement a décidé d’organiser une vente aux enchères d’un millier de ses protégés sauvages.
«Les conditions de pâturage dans la plupart de nos parcs sont extrêmement mauvaises et si nous ne réduisons pas le nombre des animaux, cela entraînera des pertes pour cause de famine», a déclaré le porte-parole du ministère, Romeo Muyunda. L’an dernier, quelque 63'700 bêtes avaient déjà péri en raison de la sécheresse.

Dans le courant de la semaine, les personnes intéressées pourront acquérir 600 buffles, 60 girafes, 28 éléphants et différentes espèces d’antilopes: 150 springboks, 65 oryx, 35 élands, 20 impalas et 16 koudous. Les parcs nationaux accueillent actuellement 960 buffles, 2000 springboks, 780 oryx et 6400 éléphants. La vente permettra aussi de renflouer le Fonds pour la conservation de la faune et la gestion des parcs. Le ministère espère en tirer l'équivalent de 1,1 million de francs.

Aide internationale

La Namibie a également sollicité l’aide internationale pour venir en aide à ses habitants. «Les moyens de subsistance d’une majorité de Namibiens sont menacés, notamment ceux qui dépendent des activités de l’agriculture», avait annoncé la Première ministre Saara Kuugongelwa-Amadhila en mai dernier.

(afp/aia)