Croatie

08 novembre 2018 19:40; Act: 08.11.2018 19:58 Print

Bijoux volés au palais des Doges: 5 arrestations

Âgés de 43 à 60 ans, les suspects ont été arrêtés après que la justice italienne a délivré un mandat d'arrêt européen les visant.

storybild

Les portes de la salle où s'est déroulé le larcin sont ensuite restées fermées. (Photo: Keystone)

Une faute?

Quatre Croates et un Serbe ont été arrêtés en Croatie, soupçonnés d'être les auteurs en janvier d'un audacieux vol de bijoux au palais des Doges de Venise, a annoncé jeudi le ministère croate de l'Intérieur.

Estimés par les autorités croates à près de trois millions d'euros (quelque 3,43 millions de francs), les bijoux avaient été volés au palais ducal de Venise aux heures de visite d'une exposition consacrée aux «Trésors des Moghols et des Maharadjas».

Système d'alarme retardé

La police croate n'a pas précisé si elle avait récupéré ces pièces qui sont la propriété de la famille royale qatarie: une paire de boucles d'oreilles estimée à près de 900'000 euros, et une broche qui vaudrait 1,8 million d'euros, selon le ministère croate.

Selon la police italienne, les voleurs étaient parvenus à retarder le déclenchement du système d'alarme de la vitrine blindée dans laquelle se trouvaient ces bijoux. Après leur forfait, ils se sont mêlés aux visiteurs du palais, situé sur la place Saint-Marc en plein coeur de Venise, avant de prendre la fuite. L'alarme s'est déclenchée quand il était trop tard.

Mandat d'arrêt

L'exposition rassemblait quelque 270 objets précieux indiens du XVIème au XXème siècle, issus de la collection appartenant au cheikh Hamad ben Abdullah Al Thani, membre de la famille royale qatariote.

Âgés de 43 à 60 ans, les suspects ont été arrêtés après que la justice italienne a délivré un mandat d'arrêt européen les visant. La police a cueilli les quatre croates dans le secteur de Zagreb et en Istrie, une région proche de Venise. Le Serbe a été arrêté au poste-frontière de Tovarnik, ville croate frontalière avec la Serbie (nord-est).

Un des suspects est réclamé par la justice suisse pour le braquage d'une bijouterie de Bâle en mars 2011.

(nxp/afp)