Etats-Unis

14 février 2019 23:29; Act: 14.02.2019 23:32 Print

Bill Barr confirmé ministre de la Justice

Après sa confirmation au Sénat jeudi, l'ancien ministre de la Justice Bill Barr retrouve son poste 25 ans après.

storybild

William Barr le 29 janvier 2019 à Capitol Hill. (Photo: AFP)

Une faute?

Le ministre de la Justice désigné par Donald Trump, Bill Barr, a été confirmé à ce poste jeudi par le Sénat, contrôlé par les républicains. Il signe ainsi son retour au gouvernement américain plus de 25 ans après avoir servi sous le président George H.W. Bush.

Bill Barr sera désormais chargé de superviser la délicate enquête du procureur spécial Robert Mueller, qui cherche à établir notamment s'il y a eu collusion entre Moscou et l'équipe de campagne du candidat républicain Donald Trump lors de l'élection présidentielle de 2016.

Le vote au Sénat, qui a le dernier mot sur les nominations présidentielles, a largement suivi les lignes partisanes malgré quelques défections de part et d'autre, avec 54 voix pour et 45 contre. Les républicains ont une majorité de 53 sièges sur 100 au Sénat.

Cette confirmation représente «une victoire majeure pour la justice et l'Etat de droit aux Etats-Unis», a tweeté la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders.

Agé de 68 ans, ancien ministre de la Justice de George H.W. Bush, Bill Barr devait prêter serment dès jeudi après-midi dans le Bureau ovale, selon le ministère.

Un homme «indépendant»

Lors de son audition mi-janvier devant la commission judiciaire, Bill Barr avait juré de protéger les investigations du procureur Mueller contre toute interférence politique, se posant en homme «indépendant». Malgré l'insistance des démocrates, il s'était toutefois gardé de s'engager à publier l'intégralité des conclusions de Robert Mueller.

Donald Trump ne cesse de dénoncer à propos de l'enquête russe une «chasse aux sorcières» sans fondement, menée par un procureur «hors de contrôle». Bill Barr avait lui-même critiqué un volet de l'enquête dans un mémo rédigé en juin, ce qui a nourri la suspicion de l'opposition à son encontre.

Il succède à Jeff Sessions, limogé en novembre par Donald Trump qui lui reprochait notamment de s'être récusé dans l'enquête russe. L'intérim a été assuré par l'ancien directeur de cabinet de Jeff Sessions, Matthew Whitaker, que les démocrates soupçonnaient d'être à la botte du milliardaire républicain.

(nxp/ats)