Brésil

07 février 2019 21:48; Act: 08.02.2019 05:30 Print

Bolsonaro souffrirait d'une pneumonie

La santé du président brésilien s'est compliquée après l'opération à l'abdomen. Jair Bolsonaro aurait de la fièvre et aurait une pneumonie.

Sur ce sujet
Une faute?

Le président brésilien Jair Bolsonaro a eu de la fièvre et pourrait avoir une pneumonie, ont annoncé jeudi ses médecins, dix jours après son intervention chirurgicale à l'abdomen à la suite d'un attentat à l'arme blanche l'an dernier.

Le chef de l'Etat âgé de 63 ans se trouvait toujours en unité de soins semi-intensifs à l'hôpital Albert Einstein de Sao Paulo (sud-est), après la fermeture d'une poche de colostomie. Celle-ci avait été posée à la suite de l'attaque qui avait failli lui coûter la vie en septembre dernier.

«Il a eu hier (mercredi) soir de la fièvre» et «a été soumis à une tomographie du thorax et de l'abdomen qui a mis en évidence une bonne évolution intestinale» ainsi qu'«une image compatible avec une pneumonie», ont annoncé ses médecins dans leur bulletin quotidien.

Le porte-parole de la présidence s'est ensuite voulu rassurant au cours d'une conférence de presse. «L'imagerie a confirmé une possibilité de pneumonie» mais «j'ai parlé avec les médecins qui ne me semblent pas plus préoccupés» qu'avant, a assuré le général Otavio do Rego Barros.

«Attention à tout sensationnalisme», a rapidement tweeté Jair Bolsonaro, grand adepte des réseaux sociaux, évoquant «notre état de santé». «Nous sommes très sereins, bien, et nous gardons le cap», a-t-il écrit. Dans un précédent tweet, il apparaît le pouce en l'air.

Nourri par intraveineuse

Ses fils alimentent également les réseaux sociaux de nouvelles positives sur l'évolution de l'état de santé de leur père.

Jair Bolsonaro devait à l'origine quitter l'hôpital cette semaine. Mais il n'a toujours pas recommencé à s'alimenter normalement et est nourri par intraveineuse. Ses visites sont restreintes.

L'opération qu'il a subie le 28 janvier - la troisième depuis l'attentat - avait pour but de permettre le rétablissement de la continuité intestinale pour l'évacuation des selles par la voie naturelle.

Elle avait duré sept heures au lieu de trois à quatre heures, en raison de nombreuses adhérences intestinales.

Depuis, Jair Bolsonaro a eu plusieurs épisodes de fièvre ainsi que des nausées et vomissements ayant rendu nécessaires la pose d'une sonde naso-gastrique, d'un drain et l'administration d'un traitement antibiotique à large spectre.

Le traitement antibiotique a dû «être ajusté», ont précisé les médecins jeudi après l'annonce de la fièvre et d'une suspicion de pneumonie.

Officiellement, le président brésilien continue de diriger son pays de son lit d'hôpital depuis le surlendemain de son opération.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Joe le 07.02.2019 23:30 Report dénoncer ce commentaire

    Si seulement

    Le signe de respecter les poumons tél que l'amazonie ?

  • Alain Favre le 08.02.2019 05:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    De qui se moque-t-on ?

    J'ai vraiment l'état de santé de ce président après les élections et je m'interroge sur le traitement médiatique de cette affaire. A t on essaye de nous faire oublier qu'il était dans un sale état afin d'assurer son élection en profitant de son statut de victime ? Alors quand M. Bolsonaro nous dit « pas de sensationnalisme » alors que sa campagne était fondée sur une stratégie similaire, je me demande de qui on se moque !

  • JFK le 08.02.2019 05:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça promet

    Ne pas tout melanger... Il est malade et a été blessé c est le premier probleme. Qu' il guerisse et se rétablisse vite c est normal. Après je pense qu il risque d être un président destructeur pour la nature et l environnement et il devra être combattu légalement. Celui de gauche qui l a poignardé est un criminel. Je pense, au vue du passé de ce président et de son programme, qu il le sera également. Moi ce qui m inquiète avant tout c est la nature et l environnement...et a ce niveau je pense qu il sera désastreux. Trump a trouvé u n allié pour faire les mêmes conneries. Des gens inexpérimentés qui se croient au dessus de tous. La corruption finie toujours par les atteindre...surtout au Brésil.

Les derniers commentaires

  • en passant le 08.02.2019 08:56 Report dénoncer ce commentaire

    provisoirement

    Et pendant ce temps, la forêt de l'amazone respire.

    • Karl le 08.02.2019 09:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @en passant

      Tu trouvais que jusqu'au 31 décembre 2018 que les prédécesseurs de Bolsonaro faisait respirer l'Amazonie ????

  • dct Mabuse le 08.02.2019 08:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Jair.

    Après l opération: ça va jaillir!

  • Erika le 08.02.2019 08:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bon rétablissement, Bolsonaro

    Puisqu'il m'aime, je le délivrerai; Je le protégerai, puisqu'il connaît mon nom. Il m'invoquera, et je lui répondrai; Je serai avec lui dans la détresse, Je le délivrerai et je le glorifierai. Je le rassasierai de longs jours, Et je lui ferai voir mon salut. Go Bolsonaro! Tu as une grande nation à gouverner.

  • Fred le 08.02.2019 08:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La Bible nous enseigne

    La Bible, L'Exode, Jétro, 20, 7: Tu n'invoqueras pas le Nom du Seigneur ton Dieu en vain ; car le Seigneur ne laisse pas impuni celui qui invoque Son nom en vain. à méditer ...

  • Bref le 08.02.2019 07:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La gauche, parti de la haine

    Je trouve abjecte les commentaires appelant à sa mort. Les gens les publiant sont des êtres répugnants et sans aucune morale qui devraient être tenus à l'écart de toute politique. La gauche montre ses vrais couleurs une fois de plus : d'abord on traite un président démocratiquement élu de fanatique d'extrême droite (ce qu'il n'est pas), puis on tente de l'assassiner, et après on célèbre l'assassin. Si vous perdez, les gauchistes, c'est pas à cause de la méchante extrême droite, mais parce que vous êtes déconnectés de la réalité et que vous apparaissez comme immondes, dangereux et haineux à toute personne saine d'esprit.

    • the Taker le 08.02.2019 08:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Bref

      C'est pas un méchant d extrême droite c'est juste un ancien de l'armée.. Tout est dit..

    • Amédée Prougnard le 08.02.2019 09:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Bref

      Comme c' est bien écrit. Je plussoie.

    • Universal le 08.02.2019 10:56 Report dénoncer ce commentaire

      @Bref

      Bravo pour ce commentaire plein de bon sens. Le ratio vert/rouge montre que vous tappez ou ça fait mal, et la preuve qu'il y a beaucoup de gaucho qui trainent encore dans les rue...